January 28, 2019 / 11:03 PM / 3 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 23H00 GMT (29/01)

MACRON APPELLE SISSI À AGIR SUR LES DROITS DE L’HOMME

LE CAIRE - Emmanuel Macron a appelé lundi le président Abdel Fattah al Sissi à agit en faveur des droits de l’Homme en Egypte, soulignant que la stabilité de ce “pays ami” dans une région secouée par les crises allait de pair avec l’Etat de droit.

Un an et demi après avoir refusé de donner à l’Egypte des leçons en la matière, le chef de l’Etat français a durci sensiblement le ton au deuxième jour de sa visite officielle au Caire où il a été reçu en grande pompe par son homologue.

“L’Egypte est une puissance régionale dont la stabilité est essentielle à nos yeux”, a déclaré Emmanuel Macron à l’issue d’un entretien en tête à tête de deux heures avec le président égyptien. “La lutte que vous menez (contre le terrorisme-NDLR) est très importante à nos yeux”.

Mais “la stabilité et la paix durable vont de pair avec le respect des libertés de chacun, de la dignité de chacun et d’un Etat de droit, et la recherche de la stabilité (...) ne saurait être dissociée de la question des droits de l’Homme”, a-t-il ajouté. “A l’inverse, une société civile dynamique, active, inclusive reste le meilleur rempart contre l’extrémisme.”

—-

AVANT LE DÉBAT AUX COMMUNES, MAY DEMANDE AUX ÉLUS CONSERVATEURS DE REJETER LE “BACKSTOP”

LONDRES - La Première ministre britannique Theresa May a demandé lundi aux élus du Parti conservateur de soutenir lors des débats prévus mardi à la Chambre des communes un amendement réclamant le remplacement du “backstop” nord-irlandais par des mécanismes alternatifs, a-t-on appris de source gouvernementale.

Cet amendement, signé par huit élus et soutenu par Graham Brady, président du Comité 1922 (qui regroupe les élus conservateurs à l’exception de ceux qui occupent des fonctions au gouvernement), exige un remplacement de cette clause de sauvegarde censée garantir qu’il n’y aura pas de retour à une frontière physique sur l’île d’Irlande.

Il précise que si May obtient cette modification auprès de ses partenaires européens, le Parlement votera en faveur d’un accord de retrait de l’UE ainsi renégocié.

S’il est soumis au vote - la liste des amendements retenus n’a pas encore été annoncée - et adopté, cet amendement pourrait permettre à Theresa May de démontrer à ses partenaires européens qu’elle peut constituer une majorité et éviter ainsi un Brexit sans accord à la condition que le “backstop” soit éliminé de l’accord de retrait et remplacé par un autre mécanisme, à déterminer.

LE POINT sur les négociations du Brexit

LES DISTRIBUTEURS BRITANNIQUES REDOUTENT DES PÉNURIES

LONDRES - Le risque de pénuries alimentaires ne peut être écarté en cas de sortie sans accord du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévient le British Retail Consortium (BRC), principale fédération britannique de la distribution, dans une lettre dévoilée lundi par la BBC.

Cet avertissement, signé par les grandes chaînes de supermarchés comme Tesco ou Sainsbury’s, a été adressé aux élus de la Chambre des communes.

—-

LES USA CONFIRMENT UN PROJET D’ACCORD-CADRE AVEC LES TALIBAN

KABOUL - Après six jours de discussions au Qatar, les Etats-Unis et les taliban sont parvenus à un projet d’accord-cadre en vue de mettre fin à la guerre qui dure depuis plus de dix-sept ans en Afghanistan, a confirmé lundi au New York Times l’envoyé spécial américain pour la paix, Zalmay Khalilzad.

“Nous avons un projet d’accord-cadre qui doit être étoffé avant de devenir un accord” en bonne et due forme, a-t-il dit lors d’un entretien à Kaboul.

Aux termes de ce projet, les taliban s’engagent à empêcher que le territoire afghan ne soit utilisé par des organisations terroristes. De nouvelles discussions doivent s’ouvrir le 25 février au Qatar.

—-

VENEZUELA-LES ETATS-UNIS SANCTIONNENT LA COMPAGNIE PÉTROLIÈRE PDVSA

CARACAS/WASHINGTON - L’administration américaine a imposé lundi de lourdes sanctions à la compagnie pétrolière vénézuélienne PDVSA pour faire pression sur le président Nicolas Maduro.

Il s’agit des mesures de rétorsion les plus vigoureuses à ce jour de la part des Etats-Unis, qui ont reconnu la semaine dernière la légitimité de Juan Guaido, chef de file de l’opposition et président de l’Assemblée, lorsqu’il s’est proclamé chef de l’Etat par intérim.

“Nous continuons à dénoncer la corruption du président vénézuélien Nicolas Maduro et de ses acolytes, et les mesures prises aujourd’hui garantissent qu’ils ne pourront plus piller les revenus du peuple vénézuélien”, a déclaré John Bolton, conseiller à la Sécurité nationale, lors d’un point de presse à la Maison Blanche.

Première source de revenus du Venezuela, PDVSA possède le raffineur américain Citgo Petroleum, qui est l’actif étranger le plus important du pays.

Selon John Bolton, sept milliards de dollars d’actifs de la firme vont être gelés et elle sera privée de “plus de 11 milliards de dollars de recettes d’exportation dans l’année qui vient”.

—-

LE SHUTDOWN AURAIT COÛTÉ $3 MILLIARDS À L’ÉCONOMIE AMÉRICAINE

WASHINGTON - La fermeture partielle du gouvernement fédéral pendant trente-cinq jours devrait faire perdre 3 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros) à l’économie américaine, estime le Bureau du budget du Congrès (Congressional Budget Office, CBO), un organisme non partisan.

Ce “shutdown”, le plus long de l’histoire des Etats-Unis, devrait coûter au pays 0,02 point de croissance en 2019. Des conséquences plus importantes se feront sentir auprès de certaines catégories d’entreprises ou d’employés, en particulier des 800.000 fonctionnaires américains qui n’ont pas été payés pendant cinq semaines, ajoute le CBO.

La perte de croissance durant le gel partiel des activités gouvernementales est évaluée à environ 11 milliards de dollars mais 8 milliards de dollars seront récupérés grâce à la réouverture des ministères et au paiement des arriérés de salaires des employés fédéraux, explique le CBO.

—-

AFFAIRE KHASHOGGI: LES ENQUÊTEURS DE L’ONU EN TURQUIE

ISTANBUL - Agnès Callamard, chargée par l’Onu de conduire l’enquête indépendante internationale sur la mort de Jamal Khashoggi, s’entretiendra mardi avec le procureur en chef d’Istanbul, annonce le bureau du procureur.

Cette experte française, rapporteure spéciale des Nations unies sur les exécutions sommaires ou arbitraires, effectue une visite d’une semaine en Turquie, où elle a rencontré lundi le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu. Elle est accompagnée d’une équipe de spécialistes de médecine légale.

Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien critique envers la politique du prince héritier Mohamed ben Salman, a été tué le 2 octobre dernier dans les locaux du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. La CIA est convaincue que “MbS” a ordonné l’assassinat de Khashoggi. Ryad dément toute implication du prince.

—-

LES PAYS-BAS REFUSENT D’ACCUEILLIR LES MIGRANTS DU SEA WATCH

AMSTERDAM - Les Pays-Bas n’accéderont pas à la demande de l’Italie d’accueillir 47 migrants bloqués en Méditerranée depuis neuf jours à bord d’un navire humanitaire allemand, a déclaré lundi le ministère néerlandais de la Justice et de la Sécurité.

Ces migrants ont été récupérés le 19 janvier au large des côtes libyennes par le navire Sea Watch 3, qui n’a pas le feu vert du gouvernement de Rome pour accoster en Italie.

Le vice-président du Conseil Luigi Di Maio, membre du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème), demande aux Pays-Bas - parce que le Sea Watch 3 bat pavillon néerlandais -, ou à la France - qu’il accuse de fuir ses responsabilités -, de prendre en charge les passagers.

C’est la deuxième fois en un mois que le navire de l’ONG allemande Sea Watch se retrouve bloqué au large avec des migrants à bord, sans port sûr où accoster.

—-

LE SALAIRE MENSUEL MINIMUM GREC REVALORISÉ DE 11% À €650

ATHENES - Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a annoncé lundi une augmentation de près de 11% du salaire minimum légal qui passera à 650 euros par mois. Il s’agit de sa première hausse depuis près de dix ans.

“Je vous appelle, après une décennie de baisses de salaires, à franchir une nouvelle étape historique”, a dit le chef du gouvernement en conseil des ministres.

Le projet soumis au conseil prévoit aussi l’abolition du salaire minimum réduit pour les moins de 25 ans.

Le salaire minimum grec avait été réduit de 22%, à 586 euros par mois, en 2012, alors que le pays était plongé dans la récession. La baisse avait été plus forte encore pour les moins de 25 ans.

—-

PHILIPPE : LÉGITIME DE DÉBATTRE DES 80 KM/H, “FOU” DE BAISSER L’AMBITION

PARIS - Il est bon que les Français débattent de la limitation contestée de la vitesse à 80 km/h sur certaines routes mais il serait “fou” de revoir l’ambition de la sécurité routière à la baisse, a déclaré lundi Edouard Philippe.

Le Premier ministre a estimé que les chiffres de la mortalité routière en 2018, les meilleurs depuis que l’accidentologie est mesurée en France, prouvaient la pertinence de la mesure qu’Emmanuel Macron s’est déclaré prêt à assouplir.

En 2018, 3.259 personnes ont été tuées contre 3.448 en 2017, a dit le chef du gouvernement. “2018, c’est l’année où l’on aura compté le moins de morts sur les routes” et l’amélioration est forte pour le nombre de blessés.

—-

LE PATRONAT SUSPEND SA PARTICIPATION À LA NÉGOCIATION SUR LE CHÔMAGE

PARIS - Les organisations patronales Medef, CPME et U2P ont annoncé lundi suspendre leur participation à la négociation sur l’assurance-chômage dans l’attente d’une clarification du gouvernement sur le bonus-malus sur les contrats courts.

“Le président de la République vient d’intervenir publiquement, semblant indiquer que le bonus-malus se mettra en place, et ce quel que soit le résultat de la négociation”, a déploré le Medef dans un communiqué.

“Dans ces conditions, le Medef constate qu’il n’est pas en situation de poursuivre la négociation sans une clarification préalable du gouvernement sur la suite qui serait donnée à un accord entre partenaires sociaux”, ajoute-t-il.

—-

LE PLAN SOCIAL DE L’USINE FORD DE BLANQUEFORT REJETÉ

BORDEAUX - La Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) a refusé d’homologuer le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) concernant l’usine de boîtes automatiques Ford à Blanquefort, en Gironde, annonce-t-elle dans un communiqué diffusé lundi soir.

Pour la Dirreccte, “cette décision a pour objectif de sécuriser l’ensemble des parties en pointant la non-conformité de la procédure au regard des éléments de droit attendus”.

Cette décision qui concerne environ 850 emplois était attendue par les représentants du personnel alors que la fermeture de l’usine est programmée pour le mois d’août prochain par Ford qui a rejeté définitivement en décembre dernier un plan de reprise de l’industriel belge Punch susceptible de sauver 400 emplois.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below