September 13, 2018 / 2:10 PM / 10 days ago

LEAD 1-La BCE ne modifie pas ses taux, précise légèrement la fin du QE

(Actualisé avec des précisions, citations)

FRANCFORT, 13 septembre (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a laissé sa politique monétaire inchangée jeudi, conformément aux attentes, confirmé son intention d’arrêter ses achats de titres sur les marchés à la fin de l’année et répété vouloir relever ses taux à l’automne 2019 en dépit des incertitudes sur la croissance liées aux tensions commerciales.

Avec le rebond de l’inflation et une stabilisation de la croissance à un rythme assez soutenu, la BCE a graduellement réduit la stimulation monétaire au cours des derniers mois.

Elle reste confiante quant au fait que les risques allant du protectionnisme aux turbulences des marchés émergents en passant par le Brexit ne fassent pas dérailler une reprise de la zone euro désormais engagée dans sa sixième année.

Les achats d’obligations sur les marchés, principal volet du programme d’assouplissement quantitatif (QE) à l’oeuvre depuis 2015, seront ramenés de 30 milliards d’euros à 15 milliards en octobre, a dit la BCE, confirmant un calendrier qui n’était auparavant que prévisionnel.

Elle a ajouté que ces achats devraient cesser totalement après décembre, un arrêt qui devra encore faire l’objet d’une décision formelle.

Dans son communiqué, l’institution répète prévoir que ses taux d’intérêt resteront à leurs niveaux actuels “au moins jusqu’à l’été 2019 et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire”.

Lors de la traditionnelle conférence de presse à l’issue du Conseil des gouverneurs, le président de la BCE, Mario Draghi, a annoncé une légère révision en baisse des prévisions de croissance de l’institution pour la zone euro cette année et l’année prochaine en raison d’un affaiblissement de la demande extérieure.

Il a souligné les risques liés à la montée du protectionnisme et à la volatilité des marchés financiers.

Mais il a estimé que “les risques entourant les perspectives de croissance de la zone euro pouvaient toujours être considérés comme équilibrés dans l’ensemble.”

L’euro s’est légèrement apprécié après ces annonces pour se rapprocher de 1,17 dollar.

“A quel moment un banquier central sait-il (ou elle) qu’il a fait un travail parfait? Quand il est mis fin à l’assouplissement quantitatif et que les marchés financiers ne semblent guère s’en soucier”, a commenté Carsten Brzeski, économiste chez ING.

La BCE, qui s’est fixé pour objectif un taux d’inflation légèrement inférieur à 2% à moyen terme, prévoit toujours une hausse des prix à la consommation de 1,7% cette année, en 2019 puis en 2020.

En matière de croissance, elle table désormais sur une expansion de 2,0% seulement du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro cette année, contre 2,1% prévu en juin; pour 2019, elle a ramené sa prévision de 1,9% à 1,8%. La prévision pour 2020 est inchangée à 1,7%.

Elle a maintenu son taux de refinancement à zéro, le taux de la facilité de dépôt à -0,4% et le taux de la facilité de prêt marginal à 0,25%. (Balazs Koranyi et Francesco Canepa Marc Angrand et Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below