September 12, 2018 / 3:26 PM / 3 months ago

ENCADRE-Un dîner à Downing Street pour les "Brexiters" purs et durs

LONDRES, 12 septembre (Reuters) - Boeuf braisé, tarte au citron et vins fins: le cabinet de la Première ministre britannique Theresa May a parié mardi soir sur les plaisirs de la table pour mener une offensive de charme à l’adresse de plusieurs élus conservateurs parmi les plus eurosceptiques, adversaires déclarés du plan de Chequers sur le Brexit.

Lors d’un dîner qui a duré près de deux heures dans la petite salle à manger du 10, Downing Street, la résidence officielle des Premiers ministres, les collaborateurs de Theresa May ont multiplié les efforts pour tenter de convaincre ces “Brexiters” purs et durs, dont certains seraient peut-être tentés de provoquer la chute de la Première ministre, de soutenir son plan de sortie de l’Union européenne.

C’était le deuxième dîner de ce type et un troisième est prévu.

Si le Parlement rejette le plan de Chequers, Theresa May risque d’être renversée, de nouvelles élections législatives pourraient être organisées et peut-être même un nouveau référendum sur le Brexit.

L’offensive de charme de l’équipe de Downing Street n’a apparemment pas atteint son objectif.

A l’issue du repas, un seul des invités a déclaré qu’il était prêt à voter un accord fondé sur le plan de Chequers, a rapporté un participant qui a requis l’anonymat.

Tous les autres sont restés sur leurs positions, accablant de questions le chef de cabinet de Theresa May.

“Bon repas, bons vins mais pour la conversation, on a vu mieux”, a-t-on déclaré de même source, en précisant toutefois que le dîner s’était déroulé dans la bonne humeur et sans aucune menace de part ou d’autre. “Ils cherchent à nous sonder, à tester la détermination de ceux qui veulent voter contre le plan de Chequers.”

Un autre participant s’est montré plus positif: “C’était un exercice vraiment utile, nous avons entendu la position du gouvernement sur les négociations en cours et nous avons pu, quant à nous, présenter nos idées”.

Le chef de cabinet de Theresa May, pour sa part, a réaffirmé que le plan de Chequers était le seul sur la table.

Pendant ce temps, ce même mardi soir, un groupe d’une cinquantaine d’élus conservateurs opposés au plan du gouvernement se réunissaient pour discuter d’une éventuelle éviction de la Première ministre. (Elizabeth Piper avec Kylie MacLellan; Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below