September 6, 2018 / 9:40 AM / a month ago

EasyJet discute toujours d'actifs d'Alitalia, FS sur les rangs

LONDRES/MILAN, 6 septembre (Reuters) - EasyJet discute toujours avec le gouvernement italien en vue d’une reprise des activités court-courrier d’Alitalia mais un éventuel accord doit faire sens du point de vue commercial, a déclaré jeudi le directeur général de la compagnie aérienne à bas coûts britannique.

En avril, les compagnies EasyJet, Lufthansa et Wizz Air ont chacune manifesté un intérêt pour au moins une partie d’Alitalia, mais le long processus de formation du nouveau gouvernement en Italie, entré en fonctions en juin après trois mois d’incertitude politique, a retardé la procédure de cession.

Un éventuel accord doit être stratégique, permettre à la compagnie de gérer ses opérations et avoir du sens commercialement, a déclaré Johan Lundgren, le directeur général d’Easyjet, deuxième compagnie “low cost” en Europe derrière Ryanair.

“Voilà ce que nous recherchons et ce dont nous discutons. Et parfois, les discussions progressent plus rapidement et parfois elles progressent un peu plus lentement”, a-t-il ajouté.

Ferrovie dello Stato (FS) souhaite investir dans Alitalia dès qu’un investisseur du secteur aérien aura été trouvé pour développer les activités long-courriers du transporteur et que des synergies avec ses propres activités seront identifiées, a déclaré pour sa part l’administrateur délégué du groupe ferroviaire italien au quotidien financier Il Sole 24 dans son édition de jeudi.

A la question de savoir si FS travaillait sur un projet commun d’investissement dans Alitalia avec d’autres entités publiques comme Cassa Depositi e Prestiti (CDP) ou la Poste Italiane, Gianfranco Battisti a déclaré que son groupe était “ouvert” et regardait le dossier Alitalia.

“Pour nous, le projet doit inclure un lien entre les aéroports et le réseau à grande vitesse, un moyen de supprimer les doublons avec notre modèle d’entreprise et une intégration commerciale avec un unique billet permettant de se rendre de Dubaï à Bologne”, a-t-il ajouté.

Alitalia, déficitaire, a été placée sous administration spéciale l’année dernière après le rejet par les salariés d’une proposition visant à comprimer les effectifs et les salaires. (Paul Sandle et Agnieszka Flak Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below