August 8, 2018 / 10:43 AM / in 2 months

LEAD 1-Italie-Prévision de croissance abaissée, déficit accru-ministre

* Croissance attendue à 1,2% en 2018, un peu moins en 2019

* Réforme fiscale en vue, privatisations, dit Giovanni Tria

* Le revenu universel remplacera d’autres formes d’aide (Actualisé avec nouvel angle, précisions)

MILAN/ROME, 8 août (Reuters) - Le ralentissement de la croissance économique en Italie devrait avoir pour conséquence de creuser le déficit public et ralentir la réduction de la dette publique l’année prochaine, estime le ministre italien de l’Economie dans un entretien au quotidien Il Sole 24 Ore de mercredi.

Le gouvernement italien, soutenu par une coalition constituée de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement Cinq Etoiles (M5S, anti-système), table sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) italien de 1,2% cette année, contre 1,5% prévu précédemment, indique Giovanni Tria. La prévision pour 2019 est également revue à la baisse, à 1% ou 1,1%, contre une estimation précédente de 1,4%.

“Ce ralentissement porterait le déficit à 1,2% en 2019”, a déclaré le ministre au quotidien. Ce chiffre serait supérieur à l’objectif de déficit représentant 0,8% du PIB établi par le précédent gouvernement.

Giovanni Tria a ajouté qu’une estimation plus précise du déficit serait disponible en septembre.

Les réformes prévues par le gouvernement sont “compatibles” avec les engagements pris par l’Italie auprès de l’Union européenne concernant ses finances publiques, indique aussi cet universitaire qui est considéré comme étant plus modéré que beaucoup de ses partenaires gouvernementaux.

Une croissance plus faible est également susceptible de ralentir la réduction de la dette de l’Italie, la deuxième plus élevée de l’UE après celle de la Grèce, mais le gouvernement maintient son objectif de la réduire, indique Giovanni Tria.

BAISSE DE L’IMPÔT SUR LE REVENU

Cela pourrait être réalisé en partie par des privatisations d’entreprises publiques, a-t-il déclaré. L’Etat italien compte ainsi vendre sa participation de 68% dans la banque Monte dei Paschi di Siena.

Ces commentaires sur la banque semblent être en contradiction avec les déclarations faites précédemment par les principaux membres de la coalition.

Le gouvernement italien doit discuter du projet de budget 2019 mercredi, à l’issue d’une réunion préliminaire la semaine dernière. Celle-ci avait été largement consacrée à trouver des moyens de stimuler la croissance en augmentant les investissements publics.

Selon Giovanni Tria, la hausse des dépenses sociales et la baisse de l’impôt sur le revenu seront introduites progressivement. Elles seront financées en procédant à des coupes budgétaires dans d’autres domaines des dépenses publiques et en supprimant les milliards d’euros d’allégements fiscaux consentis aux entreprises et aux particuliers.

“L’ensemble du système fiscal doit être réorganisé, avec la garantie que personne ne perdra au passage de l’ancien au nouveau système”, a-t-il déclaré.

Le “salaire du citoyen”, sorte de revenu universel pouvant atteindre 780 euros par mois pour les plus pauvres, remplacera à terme diverses autres formes d’aides, a-t-il déclaré.

Dans le même temps, la réduction de l’impôt sur le revenu de 80 euros par mois pour les bas salaires introduite par le gouvernement précédent sera supprimée. Son application a été source de “complications infinies”, fait valoir Giovanni Tria. (Giulia Segreti, Francesco Guarascio et Gavin Jones; Danielle Rouquié pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below