July 27, 2018 / 10:50 AM / 2 months ago

L'Oréal promet une amélioration dans sa division grand public

* Des ventes “clairement pas satisfaisantes”-PDG

* Fort ralentissement du marché britannique avec le Brexit

* L’Oréal Paris surperforme la division

par Pascale Denis et Sarah White

PARIS, 27 juillet (Reuters) - L’Oréal a dit viser une amélioration progressive des ventes de ses produits grand public qui sont restéee à la traîne au premier semestre et ont déçu les attentes du marché.

Déjà à la traîne en 2017, la première division de L’Oréal qui pèse pour près de la moitié de ses ventes avec ses marques L’Oréal Paris, Maybelline ou Garnier, a vu sa croissance organique limitée à 2,3% au premier semestre, faisant nettement moins bien que le marché mondial des produits de grande diffusion, dont la hausse atteint 3% à 4%.

Le titre L’Oréal perd -3,87% à 201,4 euros à la Bourse de Paris vendredi à 12h30, alors que le CAC-40 avance de 0,26% au même moment.

“Nous ne sommes clairement pas satisfaits de cette performance”, a déclaré vendredi Jean-Paul Agon, PDG du groupe, lors d’une conférence téléphonique avec les analystes.

“Notre ambition, c’est de retrouver un rythme de croissance de 3% à 4%, plutôt 4%”, a-t-il ajouté, sans donner de calendrier.

La division souffre en France, où le marché de la distribution demeure difficile, en proie à une concurrence féroce. Elle est également très présente au Brésil plombé par la crise et a fortement ralenti au Royaume-Uni, où la consommation fléchit pour cause de Brexit.

“En Grande-Bretagne, toutes nos divisions marchent bien mais il y a un problème de marché. Le contexte de consommation n’est plus ce qu’il était et il y a peu d’espoir d’amélioration rapide”, a observé le dirigeant.

La faiblesse de la division s’explique principalement, selon lui, par les performances décevantes de Garnier, très exposée aux marchés français et brésilien, et par la stabilisation des ventes de la marque américaine de maquillage Nyx après un triplement de ses ventes ces dernières années.

L’Oréal Paris, première marque mondiale de cosmétiques, a renoué avec une solide croissance de 5% après des années en demi teinte, a précisé Jean-Paul Agon.

Tiré par les produits de luxe et la ruée de la clientèle chinoise sur les crèmes de beauté, la croissance du marché mondial des cosmétiques - tous segments confondus - s’est accélérée pour atteindre environ 5% au premier semestre et sa physionomie a changé.

Tiré ces dernières années par une explosion des ventes de maquillage liée à l’emprise des réseaux sociaux et la mise en scène de soi, la croissance du maquillage se tasse aux environs de 5% à 6%, tandis que les ventes de crèmes dépassent ce rythme de hausse grâce notamment à l’appétit asiatique pour les soins de la peau.

Le numéro un mondial des cosmétiques a fait état jeudi soir d’une solide croissance organique de 6,6% au premier semestre, encore une fois tirée par ses produits de luxe et la clientèle chinoise.

Devenue hautement stratégique pour le groupe, la région Asie-Pacifique a vu ses ventes atteindre pour la première fois le niveau de celles réalisées en Amérique du Nord.

Pascale Denis, édité par Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below