July 26, 2018 / 5:44 PM / in 5 months

LEAD 2-Grèce-Douleur et colère après les incendies qui ont fait 83 morts

(Actualisé avec présomption d’incendie criminel, 7e paragraphe)

MATI, Grèce, 26 juillet (Reuters) - La douleur s’est mêlée à la colère jeudi en Grèce où les sauveteurs étaient toujours en quête de survivants trois jours après les violents incendies qui ont touché le secteur de Mati, village côtier touristique à moins de 30 km à l’est d’Athènes, et fait au moins 83 morts.

Des proches de victimes ont réclamé à la télévision des informations sur les disparus, alors que l’opinion publique se demande pourquoi tant de personnes se sont retrouvées prisonnières des flammes, sans aucune possibilité de quitter Mati. Cinq cents habitations ont été détruites.

“Cela n’aurait pas dû arriver, des gens sont morts pour rien!”, a crié une femme en larmes à l’adresse du ministre de la Défense, Panos Kammenos, qui visitait la localité de Mati et les environs dévastés par les flammes. “Vous nous avez abandonnés, nous ne pouvions nous en remettre qu’à Dieu!”

Alors que l’on craint que le bilan, le plus lourd depuis des décennies lors de feux de forêt, ne s’alourdisse encore, 300 pompiers et volontaires étaient à pied d’oeuvre, jeudi, pour retrouver les dizaines de personnes dont on est toujours sans nouvelles.

On ignore toujours pourquoi aucun ordre d’évacuation n’a été donné. Les pompiers, l’administration locale et le gouvernement grec ont chacun estimé que c’était à l’autre d’ordonner une telle évacuation de la population.

On ignore de la même façon la cause du sinistre, mais les autorités, dont un procureur athénien, cherchent à établir dans quelles circonstances il a pu se déclarer en trois endroits simultanément.

Le ministre grec de la Protection civile, Nikos Toskas, a déclaré jeudi soir qu’il y avait de “fortes présomptions” tendant vers un acte criminel.

Des rescapés ont raconté qu’ils avaient dû sauter à l’eau pour échapper à la mort. De nombreuses victimes ont péri asphyxiées dans leur voiture alors qu’elles cherchaient à fuir.

Au moins 187 personnes, dont 22 enfants, ont été blessées.

Le bilan dépasse celui des incendies qui avaient ravagé le sud de la péninsule du Péloponnèse en août 2007 et qui avaient tué environ 70 personnes.

Les feux de forêt sont fréquents en Grèce mais cette année les conditions climatiques, avec en particulier un hiver doux et sec, ont créé des conditions particulièrement propices aux incendies. La sécheresse et les vents violents des derniers jours ont aggravé la situation.

La capitale, Athènes, a connu jeudi des inondations éclair, qui ont endommagé plusieurs dizaines de véhicules. (Renee Maltezou, Michele Kambas et Karolina Tagaris; Arthur Connan et Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below