July 23, 2018 / 6:54 PM / 2 months ago

Le pétrole termine en baisse à New York

NEW YORK, 23 juillet (Reuters) - Les cours du pétrole ont terminé en baisse lundi sur le marché new-yorkais Nymex après avoir gagné jusqu’à un dollar le baril en réponse à un regain de tensions entre les Etats-Unis et l’Iran et à un mouvement de grève sur des plateformes pétrolières en Mer du Nord.

Les inquiétudes des intervenants sur les risques d’un excédent d’offre ont rapidement repris le dessus alors que l’Arabie saoudite et d’autres grands pays producteurs accroissent leur production en vue de compenser la réduction attendue des exportations iraniennes, a dit Phil Flynn, analyste chez Price Future Group.

Le contrat d’août sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a cédé 37 cents, soit 0,54%, à 67,89 dollars le baril.

Au moment de la clôture du Nymex, le Brent était inchangé, reculant d’un cent à 73,06 dollars.

Le guide suprême de la Révolution iranienne, l’ayatollah Ali Khamenei, a apporté samedi son soutien au président Hassan Rohani qui menacé de bloquer les livraisons de pétrole du Golfe transitant par le détroit d’Ormuz si Téhéran est empêché d’exporter son brut.

Les Etats-Unis se sont retirés en mai de l’accord sur le programme nucléaire iranien, signé en juillet 2015 par six grandes puissances, qui prévoit une levée des sanctions à l’encontre de Téhéran en échange de la limitation de ses activités nucléaires.

Washington a menacé depuis d’imposer des pénalités financières aux pays qui continueront à importer du pétrole iranien après le 4 novembre.

Le président américain Donald Trump a demandé dimanche à son homologue iranien Hassan Rohani de ne pas menacer les Etats-Unis sous peine d’en subir des conséquences historiques.

“L’attention se focalise sur les tensions géopolitiques, en particulier entre l’Iran et les Etats-Unis”, a dit Gene McGillian, directeur de la recherche chez Tradition Energy. “D’un point de vue fondamental, la situation est plus tendue qu’il y a un an.”

Une quarantaine de salariés ont par ailleurs commencé lundi une grève de 24 heures sur des plateformes dans le secteur britannique de la Mer du Nord, a annoncé le syndicat Unite.

Unite et Total, qui gère les plateformes concernées, n’ont pu se mettre d’accord sur les salaires et les conditions de travail, a déclaré un porte-parole du premier syndicat britannique.

Le pétrole stocké devrait toutefois permettre de parer à toute perturbation des approvisionnements.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below