June 4, 2018 / 10:27 AM / 5 months ago

LEAD 1-France-Le parquet financier ouvre une enquête sur Alexis Kohler

* Plainte pour prise illégale d’intérêt et trafic d’influence

* Kohler a été employé par l’armateur italo-suisse MSC

* Il a également représenté l’Etat dans STX France

* Il dit vouloir prouver sa “conduite respectueuse du droit” (Actualisé avec ouverture d’une enquête, réactions)

PARIS, 4 juin (Reuters) - Le Parquet national financier (PNF) a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête sur les conditions dans lesquelles le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a exercé des fonctions publiques en France, tout en ayant des liens avec l’armateur italo-suisse Mediterranean Shipping Company (MSC).

L’association de lutte anticorruption Anticor a porté plainte auprès du PNF pour prise illégale d’intérêt et trafic d’influence contre ce proche conseiller d’Emmanuel Macron.

La présidence de la République a fait savoir qu’Alexis Kohler communiquerait “spontanément” au parquet “l’ensemble des documents qui prouvent sa conduite respectueuse du droit”, pour mettre rapidement un terme à ce “soupçon totalement infondé”.

Il estime que la plainte d’Anticor “s’appuie sur des articles de presse de Mediapart qui contiennent de nombreuses et graves erreurs factuelles”, ajoute la présidence.

Selon le PNF, c’est à la suite de ces articles que le procureur financier a décidé de diligenter des investigations pour “vérifier si les règles relatives à la mise en disponibilité des agents publics ont bien été respectées”.

L’enquête confiée à la brigade de répression de la délinquance économique de la Préfecture de police de Paris se penchera sur les conditions dans lesquelles Alexis Kohler a exercé ses fonctions à l’Agence des participations de l’Etat (APE) et au cabinet du ministre de l’Économie et des Finances.

Fonctions à l’occasion desquelles il aurait pu traiter de dossiers intéressant la MSC “avant d’obtenir un emploi comme directeur financier au sein de cette dernière”, souligne le PNF.

UNE AFFAIRE DE FAMILLE

Dans sa plainte du 27 mai, Anticor s’appuie notamment sur des informations du site Mediapart, selon lesquelles Alexis Kohler est lié aux Aponte, famille propriétaire de MSC, société dont il a été un directeur financier d’août 2016 à mai 2017.

Sa mère, Sola Hakim, est la cousine germaine de Rafaela Aponte, qui a fondé l’entreprise avec son mari Gianluigi Aponte dans les années 1970, selon le site d’information.

Or Alexis Kohler a représenté l’Agence des participations de l’Etat (APE) auprès des Chantiers de l’Atlantique/STX France, dont l’armateur italo-suisse est un client, à partir de 2010.

Il a aussi été directeur de cabinet adjoint des ministres de l’Economie Pierre Moscovici et Emmanuel Macron, respectivement de mai 2012 à mars 2014 et d’août 2014 à août 2016.

“En 2017, pendant la campagne présidentielle, M. Alexis Kohler était simultanément membre de la campagne de M. Emmanuel Macron et salarié de la MSC”, lit-on dans la plainte.

Celle-ci cite des informations de Mediapart et de France TV Info de mai 2017 selon lesquelles il serait intervenu pendant la campagne auprès de l’Etat français pour plaider la cause de MSC dans le dossier de la reprise des Chantiers de l’Atlantique/STX, qui seront finalement repris par le groupe italien Fincantieri.

Pour Anticor et le cabinet d’avocats Feltesse-Warusfel-Pasquier et Associés (FWPA), “M. Alexis Kohler ne pouvait ignorer qu’il existait un conflit d’intérêt à représenter l’Etat français dans le capital de la société française Les Chantiers de l’Atlantique/STX France, alors même que sa famille était propriétaire de l’un de ses principaux clients”.

HIÉRARCHIE INFORMÉE

“Cette situation s’est maintenue au moins jusqu’en août 2016, après que M. Alexis Kohler accepté de devenir directeur de cabinet adjoint, puis directeur de cabinet, du ministre de l’Economie et des Finances mais qu’il continué à traiter des dossiers concernant les intérêts croisés des deux sociétés”, ajoute FWPA dans la plainte déposée au nom d’Anticor.

La même question peut aussi se poser au regard de la nomination d’Alexis Kohler au poste de secrétaire général de la présidence de la République en mai 2017, lit-on dans celle-ci.

L’Elysée assure pour sa part qu’Alexis Kohler “a toujours tenu sa hiérarchie informée des liens personnels qu’il avait avec l’entreprise MSC” et “s’est en conséquence systématiquement déporté de toute délibération et de toute décision ayant trait à cette entreprise” dans ses différentes fonctions.

“Sa hiérarchie (...) a naturellement veillé au conflit d’intérêt potentiel”, ajoute la présidence.

Selon Le Monde, l’Elysée assure par ailleurs que c’est l’actuel secrétaire d’Etat Julien Denormandie, autre ancien membre des cabinets Moscovici et Macron, qui s’occupait des dossiers touchant à MSC et STX France.

“Attention à ce qu’une plainte déposée sur des sujets qu’on ne connaît pas ne devienne pas une affaire (...) politique”, a pour sa part déclaré lundi le ministre des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, sur Public Sénat.

La présidence estime que la campagne est bien politique, puisqu’elle déclare que le “soupçon totalement infondé qui a été jeté sur Alexis Kohler l’a été “à l’évidence en raison de ses fonctions de secrétaire général de l’Elysée”. (Emmanuel Jarry, avec Caroline Pailliez et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below