May 30, 2018 / 10:46 AM / 4 months ago

France-Le gouvernement promet de mettre "la pression" pour le glyphosate

PARIS, 30 mai (Reuters) - L’exécutif mettra la pression sur les chercheurs et le monde agricole pour mettre fin sous trois ans à l’utilisation du glyphosate, un herbicide controversé, comme s’y est engagé Emmanuel Macron, a déclaré mercredi Sébastien Lecornu.

Le secrétaire d’Etat à la Transition écologique, interrogé par Les Echos, a réfuté l’idée selon laquelle le veto du gouvernement à une traduction dans la loi serait une “reculade”.

“Ce n’est pas le tout d’interdire le glyphosate en trois ans, c’est d’arriver à trouver des solutions de substitution davantage respectueuses de l’environnement et de la santé humaine”, a déclaré Sébastien Lecornu.

C’est pourquoi “les chercheurs (...), le monde agricole (...), doivent désormais se mettre autour de la table et travailler à trouver des solutions” et “si nous devions voir que ces travaux n’avanceraient pas, par définition, nous prendrions nos responsabilités”, a-t-il ajouté.

“Nous mettrons la pression, au sens positif de ce mot, nécessaire sur l’ensemble des acteurs pour arriver à remplir cet objectif”, a-t-il poursuivi.

L’élu normand n’a pas dit quelle forme pourrait prendre cette “pression”.

Mardi, les députés ont rejeté un amendement au projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation qui visait à graver dans le marbre la promesse d’Emmanuel Macron, tout en autorisant des dérogations dans certains cas.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, soutenait cet amendement, mais pas son alter ego à l’Agriculture, Stéphane Travert, qui a eu le dernier mot.

Trente-quatre organisations, dont le WWF, Foodwatch, Greenpeace ou la Ligue contre le cancer, se sont élevées mercredi, dans un communiqué commun, contre une “trahison du gouvernement” et un “déni de parole donnée”.

“La loi alimentation délaisse totalement la santé des citoyens”, déplore l’association France Nature environnement dans un communiqué distinct. “Sur de nombreux points, le gouvernement se cache derrière l’argument de l’incitation plutôt que de l’interdiction, mais il ne fait au final aucun des deux.”

Les responsables de la majorité ont justifié le rejet de l’amendement par une autre promesse d’Emmanuel Macron, celle consistant à ne pas “surtransposer” le droit européen. (Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below