May 29, 2018 / 11:34 AM / 2 months ago

France-La croissance des crédits aux entreprises reste dynamique

    PARIS, 29 mai (Reuters) - La croissance des encours des crédits à l'investissement des
entreprises est restée élevée en avril, l'accélération des crédits immobiliers ayant compensé le
léger ralentissement des crédits à l'équipement, selon des données publiées mardi par la Banque
de France.
    Le mois dernier, le taux de croissance annuel des encours des crédits à l'équipement des
entreprises a ralenti à 7,7%, contre 7,9% à fin mars et 8,3% fin février (un plus haut depuis
mars 2009).
    Parallèlement, l'encours des crédits immobiliers des entreprises affichait fin avril une
progression de 4,4% sur un an, revenant à son niveau de fin février après avoir fléchi à 4,2%
fin mars.
    Pour l'ensemble des crédits à l'investissement des entreprises (équipement et immobilier
inclus), le taux de croissance annuel des encours est donc resté stable le mois dernier, à 6,4%
comme en mars, après 6,7% en février. 
    Le rythme de progression des encours de trésorerie a en revanche ralenti, avec une hausse de
2,4% fin avril après 3,2% un mois plus tôt.
    Globalement, le taux de croissance annuel des encours des crédits aux entreprises (+5,1% fin
avril, après +5,3% en mars et +5,5% fin février). 
    Fin avril, l'encours total des crédits bancaires aux entreprises s'élevait à 978 milliards
d'euros - dont 691 milliards pour l'investissement et 229 milliards pour la trésorerie - contre
934 milliards un an plus tôt. 
    Ce dynamisme reflète la bonne santé de l'économie mais aussi la volonté des entreprises
françaises de profiter de la faiblesse des taux pour s'endetter, notamment pour procéder à des
acquisitions.
    Inquiet des risques liés à la montée de l'endettement des acteurs privés, le Haut comité de
stabilité financière (HCSF) a décidé fin décembre de limiter l'exposition des banques françaises
aux grandes entreprises nationales les plus endettées à l'équivalent de 5% de leurs fonds
propres. Cette mesure, formellement validée mi-mai après consultation des autorités européennes
, entrera en vigueur le 1er juillet.   
    Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, membre de cette autorité
de supervision du secteur financier français, a déclaré à plusieurs reprises ces derniers mois
que le HCSF se tenait prêt à agir pour ralentir la croissance rapide du crédit en France. 
    Il a notamment évoqué l'éventualité d'imposer une surcharge de fonds propres aux banques,
"évidemment pas pour arrêter le crédit aujourd'hui (mais) pour éviter son arrêt" lors d'un futur
retournement de cycle.     
    
    Le communiqué de la Banque de France: 
    bit.ly/2s63QL8
       
 Le point sur la conjoncture française                        
 Graphique: Les chiffres clés de l'économie   tmsnrt.rs/2B7G9qP
    
    

 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)
  
0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below