May 28, 2018 / 10:32 AM / 6 months ago

Espagne-Pression accrue sur Rajoy pour des élections anticipées

par Sonya Dowsett

MADRID, 28 mai (Reuters) - La pression s’accentue sur le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy alors que se multiplient les appels en faveur d’élections anticipées en Espagne après la condamnation du Parti populaire (PP, droite) au pouvoir dans une affaire de corruption.

Les centristes de Ciudadanos (Les Citoyens), que les sondages donnent en tête des intentions de vote, ont annoncé samedi qu’ils étaient prêts à collaborer avec les socialistes du PSOE pour soutenir un candidat neutre en remplacement de Mariano Rajoy dont le gouvernement minoritaire est déjà affaibli par la crise en Catalogne.

Dans un entretien au quotidien El Mundo de lundi, Albert Rivera, le président de la formation centriste, estime que l’équipe gouvernementale conduite par Mariano Rajoy est plombée par la condamnation du PP dans l’affaire Gürtel.

La justice a condamné le PP à rembourser 250.000 euros dans cette affaire mise au jour en 2009 et impliquant plusieurs responsables régionaux du parti poursuivis pour trafic d’influence et faux en écriture.

“La seule issue démocratique et digne est de donner la parole du peuple espagnol afin qu’il puisse choisir un nouveau gouvernement et un nouveau parlement”, a commenté Albert Rivera.

La semaine passée, le PSOE a déposé une motion de censure contre Mariano Rajoy provoquant l’agitation des marchés financiers et une forte baisse de l’indice Ibex.

La tendance s’est inversée lundi à la Bourse de Madrid sous l’impulsion des institutions financières comme Santander , BBVA et Caixabank mais également des titres du secteur de l’énergie comme Iberdrola ou Gas Natural.

Pour renverser le gouvernement, l’opposition a besoin de réunir une majorité de 176 voix à la chambre basse du Parlement, ce qu’elle n’était pas parvenue à faire lors de la précédente motion en juin dernier.

Le président du Parlement n’a pas encore fixé la date de ce vote mais les opposants à Mariano Rajoy profitent de l’affaiblissement du camp conservateur.

Le PP resserre les rangs autour de son chef qui a annoncé vendredi qu’il n’avait aucune intention de démissionner. (Pierre Sérisier pour le service français, édité par Danielle Rouquié)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below