May 22, 2018 / 5:59 PM / in 4 months

Pour Caracas, les sanctions US attaquent la "dignité nationale"

CARACAS, 22 mai (Reuters) - Les autorités de Caracas ont dénoncé mardi la nouvelle série de sanctions annoncées par les Etats-Unis dans la foulée de la réélection, dimanche, de Nicolas Maduro à la présidence vénézuélienne.

Nicolas Maduro a annoncé mardi que Todd Robinson, le plus haut diplomate américain en poste au Venezuela, serait expulsé dans les 48 heures.

“Je l’ai déclaré persona non grata et j’annonce le départ du chargé d’affaires américain dans les 48 heures”, a déclaré le chef d’Etat.

Les Etats-Unis, comme un certain nombre de pays, refusent de reconnaître le résultat du scrutin facilement remporté par le président sortant.

Washington estime que l’élection a été parsemée d’irrégularités, à commencer par l’interdiction de se présenter faite à deux des principales figures de l’opposition.

Lundi, Donald Trump a signé un décret présidentiel qui aura pour effet de compliquer la vente d’actifs publics par le Venezuela.

Pour Nicolas Maduro, qui accusait déjà le gouvernement américain de conduire une guerre économique, ces nouvelle sanctions témoignent des intentions de Washington.

“Le Venezuela condamne une fois de plus la campagne d’agression et d’hostilité du régime américain qui punit le peuple vénézuélien pour avoir exercé son droit de vote”, a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

“Ces mesures arbitraires et unilatérales sont un crime contre l’humanité.” (Luc Cohen et Vivian Sequera; Nicolas Delame pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below