May 21, 2018 / 10:07 AM / 7 months ago

La BoJ confortée dans l'abandon du calendrier d'inflation

par Stanley White et Leika Kihara

TOKYO, 21 mai (Reuters) - La décision de la Banque du Japon (BoJ) de renoncer au calendrier qu’elle s’était fixé pour atteindre son objectif d’inflation de 2% a reçu lundi l’aval d’un influent organe gouvernemental.

Pour certains économiste, la décision annoncée par la banque centrale le mois dernier vise à tempérer les anticipations relatives à de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire.

“Nous avons discuté de la politique monétaire et de la situation économique”, a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe, à la suite de la réunion du Conseil de politique économique et budgétaire.

“Les membres du Conseil issus du secteur privé ont dit que la BoJ poursuivait sa politique monétaire de manière appropriée”, a ajouté Abe. “J’attends de la BoJ qu’elle continue de prendre des mesures pour assurer la stabilité des prix”.

Les membres du secteur privé sont quatre universitaires dont les recommandations ont habituellement une réelle influence sur la politique monétaire dans la mesure où elles sont censées être proches des idées du Premier ministre.

Abe a également dit que le gouvernement et l’institut d’émission avaient confirmé leur engagement envers une déclaration commune signée en 2013 et suivant laquelle ils prendraient toute mesure adéquate pour vaincre la déflation.

Au vu de cette déclaration, la BoJ s’engageait à atteindre son objectif d’inflation le plus tôt possible, tandis que Tokyo promettait de rétablir des finances publiques durablement saines.

En renonçant à tout calendrier pour son objectif d’inflation, la BoJ en a de facto fait un objectif à moyen terme, de l’avis de certains économistes.

Haruhiko Kuroda, le gouverneur de la banque centrale, avait dit en avril que le communication s’en trouverait améliorée et qu’elle serait ainsi dans la ligne de celle d’autres grands instituts d’éemission.

La BoJ a repoussé à six reprises le calendrier en question, au vue d’une inflation qui se traîne, et les analystes ont critiqué l’excès d’optimisme, selon eux, de la banque centrale.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below