April 6, 2018 / 4:25 PM / 3 months ago

La droite italienne se présentera unie devant le président Mattarella

ROME, 6 avril (Reuters) - Les dirigeants des trois principaux partis de la droite italienne ont annoncé vendredi qu’ils iraient voir ensemble le président Sergio Mattarella la semaine prochaine, afin d’afficher leur unité face aux manoeuvres de division du Mouvement 5 Etoiles (M5S).

Le chef de l’Etat a bouclé jeudi deux jours de consultations sans qu’aucun signe d’accord en vue d’une coalition n’émerge.

Les élections législatives du 4 mars n’ont pas permis de dégager de majorité à la Chambre des députés et au Sénat. Le M5S est le premier parti au Parlement avec 32% des voix, mais l’alliance de droite, qui comprend la Ligue (extrême droite), le parti de Silvio Berlusconi Forza Italia, et Fratelli d’Italia (Frères d’Italie), dispose du plus grand nombre de sièges.

Le M5S de Luigi Di Maio a proposé une offre de coalition à la Ligue mais refuse toute alliance avec Silvio Berlusconi.

Lors du premier tour de consultations, les trois dirigeants de la droite ont vu Sergio Mattarella séparément, et beaucoup de commentateurs ont parié que Matteo Salvini, le chef de la Ligue, allait abandonner Berlusconi pour conclure un pacte avec le M5S.

Vendredi, Salvini, Berlusconi et Giorgia Meloni, présidente de Frères d’Italie, ont annoncé qu’ils se présenteraient ensemble au prochain entretien avec le président Mattarella.

“Le seul gouvernement que je juge possible est un gouvernement de coalition entre la droite unie et le M5S”, a déclaré Matteo Salvini sur l’antenne de la Rai.

En dépit de cette décision, de profondes divergences continuent de diviser le camp conservateur. Alors que Salvini se dit prêt à s’allier au M5S, Berlusconi dénonce régulièrement le parti anti-système fondé par l’humoriste Beppe Grillo.

“Nous ne sommes pas favorables à des solutions gouvernementales fondées sur l’envie et la haine sociales, l’appauvrissement politique et les chasses aux sorcières judiciaires”, a déclaré jeudi l’ancien président du Conseil.

Silvio Berlusconi, condamné pour fraude fiscale, s’est déjà prononcé en faveur d’une alliance entre la droite et le Parti démocrate de centre gauche, qui exclut de son côté de revenir au gouvernement et entend rester dans l’opposition après un résultat décevant aux législatives.

On ne sait pas quand exactement auront lieu les prochaines consultations du président Mattarella.

De sources politiques, on n’attend aucun accord de coalition avant le mois prochain, en raison de la tenue d’élections régionales à la fin avril, qui devrait empêcher les dirigeants des partis d’accepter dans l’intervalle des compromis potentiellement délicats. (Crispian Balmer Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below