April 4, 2018 / 9:50 AM / MISE À JOUR IL Y A 16 hours ago

Zone euro/Indicateurs-Légère baisse de l'excédent courant

BRUXELLES, 19 avril (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques de la zone euro publiés depuis le début du mois:

RECUL DE L’EXCÉDENT COURANT À €35,1 MDS EN FÉVRIER

19 avril - L’excédent des comptes courants de la zone euro a légèrement baissé en février sur fond de recul des exportations nettes de biens, selon des données publiées jeudi par la Banque centrale européenne.

L’excédent corrigé des variations saisonnières et des jours ouvrables a atteint 35,1 milliards d’euros, contre 39 milliards (chiffre révisé) en janvier.

* L’INFLATION EN ZONE EURO UN PEU MOINS DYNAMIQUE QUE PRÉVU

18 avril - L’inflation dans la zone euro a accéléré en mars un peu moins fortement que ne le laissait supposer une précédente estimation, a annoncé mercredi l’institut européen de la statistique Eurostat.

Les prix dans les 19 pays partageant la monnaie unique ont augmenté de 1,3% sur un an le mois dernier, alors que la précédente estimation d’Eurostat donnait une hausse de 1,4%.

L’inflation a été de 1,0% en février.

Les prix des produits alimentaires non transformés ont finalement progressé de 0,9% et non de 0,8%.

Les services et l’énergie ont été les principaux contributeurs à la hausse globale sur un an, même si les prix de l’énergie ont baissé de février à mars.

Hors énergie et produits alimentaires non transformés, les deux éléments les plus volatils de la statistique, les prix dans la zone euro ont augmenté de 1,3% sur un mois et sur un an.

L’euro a légèrement accéléré ses pertes face au dollar, sous 1,2350, après la publication de cette statistique, qui illustre les difficultés de la Banque centrale européenne (BCE) à redresser l’inflation vers son objectif d’un peu moins de 2%.

* EXCÉDENT COMMERCIAL EN NETTE HAUSSE EN FÉVRIER

13 avril - L’excédent commercial a fortement augmenté au mois de février par rapport à celui du mois précédent et, dans une moindre mesure, par rapport à la même période de l’an dernier, a annoncé Eurostat vendredi.

L’excédent a atteint 18,9 milliards d’euros, contre 3,3 milliards en janvier et 16,1 milliards en février 2017.

En données CVS, l’excédent est de 21,0 milliards d’euros en février contre 20,2 milliards un an auparavant.

La hausse de la demande de biens de la zone euro a dépassé la croissance des importations en volume. Les exportations ont augmenté de 3,0% annuellement et les importations de 1,5%.

Les exportations ont représenté 177,5 milliards d’euros en février, contre 172,3 milliards un an auparavant, et les importations 158,6 milliards d’euros, contre 156,2 milliards.

Pour les deux premiers mois de l’année, les exportations ont augmenté de 5,9% par rapport à la période comparable de 2017 et les importations ont progressé de 3,8%.

Tableau:

* PRODUCTION INDUSTRIELLE PLUS FAIBLE QUE PRÉVU EN FÉVRIER

12 avril - La production industrielle a été bien plus faible que prévu en février, un bond de la production énergétique ayant été loin de compenser une chute de la production de biens d’équipement, de biens intermédiaires et de biens de consommation durables et non durables.

La production industrielle a baissé de 0,8% d’un mois sur l’autre, a annoncé Eurostat jeudi, donnant une hausse de 2,9% sur 12 mois. Le consensus Reuters donnait une hausse mensuelle de 0,1% et annuelle de 3,8%.

En janvier, la production avait diminué de 0,6%, et non de 1,0% comme donné en première estimation, donnant une hausse annuelle de 3,7% et non de 2,7%.

La production d’énergie a augmenté de 6,8% durant le mois, après une baisse de 1,1% en janvier, soit de 5,7% annuellement après une chute de 8,9% en janvier. La hausse annuelle des autres composantes de la production a été plus faible que celle du mois précédent.

Tableau:

* LE MORAL DES INVESTISSEURS BAISSE PLUS QUE PRÉVU-SENTIX

9 avril - Le moral des investisseurs de la zone euro s’est détérioré en avril pour un troisième mois consécutif en raison d’inquiétudes sur le ralentissement de l’économie mondiale sur fond de menace de guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, montre lundi l’enquête mensuelle de l’institut allemand Sentix.

Son indice de confiance a fléchi ce mois-ci à 19,6 contre 24,0 en mars, alors que les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un repli à 20,0. Ce recul est lié à la baisse des anticipations économiques, qui sont devenues négatives pour la première fois depuis juillet 2016.

“Même si la situation actuelle est toujours jugée excellente (...) les perspectives d’avenir se sont considérablement assombries”, écrit Patrick Hussy, directeur général de Sentix, dans une note.

“Les conflits sur les droits de douane, alimentés par le président américain Donald Trump, laissent des traces”.

L’indice Sentix pour l’Allemagne a également reculé pour un troisième mois, à 24,4 contre 29,1 en mars.

“L’économie allemande est confrontée à de puissants vents défavorables”, ajoute Patrick Hussy, citant notamment le contexte géopolitique mondial actuel et la perception négative de la grande coalition en Allemagne.

* HAUSSE PLUS FAIBLE QUE PRÉVU DES VENTES AU DÉTAIL

5 avril - Les ventes au détail dans la zone euro ont crû plus lentement que prévu en février en raison d’une réduction des dépenses non-alimentaires des consommateurs, suggérant, avec la révision à la baisse des chiffres de janvier, un ralentissement de l’activité en début d’année.

Selon les données publiées jeudi par Eurostat, les ventes au détail dans les 19 pays de la zone euro ont augmenté de seulement 0,1% sur un mois et de 1,8% sur un an. Les économistes interrogés par Reuters attendaient des hausses respectives de 0,5% sur un mois et de 2,1% sur un an.

Les chiffres du mois de janvier ont été rabaissés à -0,3% sur un mois et à +1,5% sur un an contre, respectivement, -0,1% et +2,3% en première estimation.

Les ventes de produits alimentaires, de boissons et de tabac sont reparties à la hausse après une contraction le mois précédent et une stagnation en rythme annuel.

Les ventes de produits pharmaceutiques, médicaux et de carburants ont également progressé en février après des replis en janvier mais les ventes des autres produits non-alimentaires ont soit ralenti par rapport en janvier soit diminué.

Les ventes sur internet, qui avaient culminé en novembre, sont désormais en repli pour le troisième mois consécutif.

Les prix à la production affichent pour leur part une hausse mensuelle de 0,1%, conforme aux attentes, et une hausse de 1,6% en rythme annuel, légèrement au-dessus de la prévision moyenne des économistes qui était de 1,5%.

Tableau ventes au détail

Tableau prix producteurs

* LE TAUX DE CHÔMAGE BAISSE À 8,5% EN FÉVRIER

4 avril - Le taux de chômage dans la zone euro a baissé à 8,5% au mois de février, contre 8,6% en janvier, selon les données publiées mercredi par Eurostat.

Tableau

* ACCÉLÉRATION DE L’INFLATION CONFORME AUX ATTENTES

4 avril - L’inflation a accéléré comme prévu au mois de mars, essentiellement avec la hausse des prix de l’alimentation et des services, ce qui devrait apporter un modeste soutien aux membres de la Banque centrale européenne (BCE) partisans d’une limitation plus rapide des mesures de soutien à la croissance.

Selon l’estimation rapide publiée mercredi par Eurostat, l’institut statistique de l’Union européenne, les prix à la consommation ont augmenté de 1,4% sur un an en mars dans les 19 pays de la zone, comme anticipé par les économistes, après une hausse de 1,1% au mois de février.

En excluant l’énergie et les produits alimentaires, l’inflation dite de base a également augmenté, à 1,3% sur un an contre 1,2% en février, ce qui tend à confirmer un retour plus durable des pressions inflationnistes.

Hors alcool et tabac, l’inflation de base s’est stabilisée en revanche à 1,0% sur un an, son niveau de février et janvier.

Les prix de l’énergie ont augmenté de 2,0% en mars, après avoir augmenté à un rythme de 2,1% en février, et ceux des produits alimentaires non transformés ont augmenté de 0,9% après avoir une baissé de 0,9% en février. Les prix des services ont augmenté de 1,5% en mars, contre 1,3% le mois précédent.

La BCE achète des milliards d’euros d’obligations d’Etat pour injecter des liquidités dans l’économie et tenter de porter l’inflation vers son objectif proche de mais inférieur à 2%.

L’estimation rapide d’Eurostat ne comporte pas de variation mensuelle.

Tableau

Les indicateurs économiques publiés en mars (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below