April 4, 2018 / 5:11 PM / 4 months ago

La grève à la SNCF, une aubaine pour les applications de covoiturage

PARIS, 3 avril (Reuters) - Les applications de covoiturage ont enregistré des records d’utilisation à la faveur du premier acte de la grève à la SNCF, mardi et mercredi, les usagers cherchant des voies alternatives pour leurs déplacements.

Dany Thomas, un consultant en informatique de 53 ans, originaire de Montigny-le-Bretonneux (Yvelines), s’est inscrit lundi pour la première fois de sa vie sur un site de covoiturage à titre de conducteur. “Je me suis dit que ça pourrait aider avec la grève”, a-t-il dit à Reuters.

Devant se rendre à Paris dans la journée de mardi pour travailler sur ses projets, il a pris à son bord une dame résidant dans son secteur pour la déposer à l’Arc de Triomphe. “Elle ne pouvait pas faire de télétravail”, a-t-il précisé.

La grève de deux jours sur cinq qui a débuté mardi pour se terminer le 28 juin, “il faut faire avec”, dit-il, et pour cela, miser sur la solidarité.

La plateforme de covoiturage de la SNCF, iDVROOM, a enregistré 35.000 nouveaux inscrits entre le 30 mars et le 3 avril. Elle a noté quatre fois plus de visites sur son site mardi ainsi que cinq fois plus d’installations sur téléphone.

La start-up française Blablacar a constaté un nombre “historique” de consultations sur ses plateformes (1,4 million de visiteurs uniques) durant le week-end pascal.

“C’est 60% de plus que n’importe quel week-end”, souligne Nicolas Brusson, cofondateur de Blablacar, qui compte déjà 13 millions d’inscrits en France.

Déjà le 22 mars, date de la manifestation nationale des syndicats de la fonction publique à laquelle s’étaient joints les cheminots, le nombre de trajets en covoiturage avait doublé en Ile-de-France sur la journée par rapport à la normale, selon la région.

Cette fois-ci, Ile-de-France Mobilités a signé une entente avec huit plateformes de covoiturage pour permettre une utilisation gratuite de leurs services lors des jours de grève.

Pour Flixbus, le service de bus longue distance, la fréquentation du service a augmenté de 60% mardi par rapport à la semaine précédente, avec 40% de nouveaux clients.

Pour Drivy, une application de location de véhicules entre particuliers, le nombre de locations a augmenté de 30% le 3 avril par rapport à un mardi classique, selon la direction.

Les applications ne répondent cependant pas toujours aux besoins des usagers. Patricia Bertrand, 53 ans, qui réside à Montchanin en Saône-et-Loire, cherche sans succès depuis plusieurs jours un moyen de se rendre toutes les semaines à Auxerre (Yonne).

Elle doit y suivre pendant trois mois une formation pour une reconversion professionnelle, mais envisage d’annuler.

“Dans nos campagnes, on est souvent les oubliés. Tous ces services de covoiturage, c’est souvent pour aller dans les grandes villes”, dit-elle. “Je ne sais pas comment je vais faire”. (Caroline Pailliez et Mathieu Rosemain, édité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below