March 8, 2018 / 5:07 PM / in 3 months

AVANT-PAPIER-Macron veut faire de la France la porte d'entrée de l'Inde en Europe

* Renforcer les liens dans la Défense, l’énergie, l’environnement

* Empêcher une future hégémonie chinoise dans l’océan Indien

* Premier sommet de l’Alliance solaire internationale

par Jean-Baptiste Vey

PARIS, 8 mars (Reuters) - Emmanuel Macron effectuera sa première visite officielle en Inde de vendredi à lundi avec l’objectif d’accroître des échanges économiques encore modestes et de consolider le partenariat stratégique noué il y a 20 ans, en particulier dans la Défense et le nucléaire.

Le président français souhaite que la France prenne la place du Royaume-Uni comme partenaire de référence de l’Inde en Europe, en profitant du départ des Britanniques de l’Union européenne l’an prochain.

“Votre partenaire historique en Europe était le Royaume-Uni”, souligne-t-il dans un entretien à India Today TV diffusé jeudi. “Je veux que la France devienne le partenaire de référence du XXIe siècle.”

Oscillant autour de la 20e place des fournisseurs de l’Inde, la France a d’importantes marges de progression.

“Je vais essayer de fixer des objectifs”, ajoute Emmanuel Macron. “Nous pouvons faire bien davantage en termes d’investissements, de commerce et d’ouverture réciproque de nos marchés.”

Des accords commerciaux seront signés lors de cette visite d’Etat, déclare-t-on à l’Elysée, où l’on refuse de commenter les négociations en cours sur le nucléaire civil.

EDF a signé en 2016 un protocole d’accord avec l’électricien national Nuclear Power Corp of India (NPCIL) portant sur la construction de six réacteurs EPR à Jaitapur, dans l’ouest du pays.

“On est en négociation”, ajoute-t-on. “Nous espérons, à l’occasion des 20 ans de notre partenariat stratégique, avoir un signal fort sur la durée de notre coopération avec l’Inde dans les secteurs structurants.”

“Naturellement, un déplacement permet de faire avancer un certain nombre de sujets et le nucléaire civil, comme l’aéronautique, la Défense, l’espace et autres, font partie des partenariats”, poursuit-on.

DÉFENSE ET ENVIRONNEMENT

Après le contrat pour 36 Rafale, une nouvelle commande d’avions de combat n’est pas prévue dans l’immédiat.

“Nous attendons que les autorités indiennes, un jour, alimentent un peu en Rafale l’Inde, ce qui nous permettra d’ailleurs de monter un petit peu mieux en puissance dans les fabrications de Rafale en Inde”, a dit jeudi le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier.

Trois sous-marins de type Scorpène supplémentaires pourraient être construits en coopération avec Naval Group, en plus des six déjà décidés. La filiale de Thales espère en outre vendre des porte-hélicoptères à l’Inde.

Airbus Helicopters (Airbus), qui a retiré son offre pour fournir des Caracal aux gardes-côtes, reste positionné sur un projet de fourniture de 234 hélicoptères à la marine.

Nexter est quant à lui en lice pour deux importants contrats d’artillerie.

La France veut développer la coopération dans tous les secteurs liés à la transition écologique comme les énergies renouvelables, le développement durable, la ville et les transports du futur.

Ces sujets seront au menu d’un forum rassemblant 60 entreprises indiennes et 60 entreprises françaises, qui sera clôturé par Emmanuel Macron samedi.

L’investissement dans les énergies renouvelables sera illustré par l’inauguration lundi par le président français de la centrale solaire Engie de Mirzapur, la plus importante de l’Uttar Pradesh, l’Etat le plus peuplé d’Inde.

PREMIER SOMMET DE L’ALLIANCE SOLAIRE

L’environnement sera également à l’honneur dimanche quand le président français et le Premier ministre indien, Narendra Modi, coprésideront le premier sommet de l’Alliance solaire internationale, une initiative lancée en marge de la COP21 pour doter les pays tropicaux d’importantes capacités solaires.

L’approfondissement du partenariat dans la sécurité et la Défense sera discuté avec le Premier ministre, qui accompagnera Emmanuel Macron lors d’une bonne partie de sa visite.

Parmi les objectifs stratégiques prioritaires figure la coopération dans l’Océan indien.

Emmanuel Macron a expliqué à India Today qu’il fallait préserver la stabilité de cette zone et y empêcher toute hégémonie, une référence aux ambitions chinoises.

Le président français compte parallèlement développer la coopération universitaire et scientifique, et parvenir à doubler le nombre d’Indiens venant étudier en France.

Il sera notamment accompagné des ministres Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères), Florence Parly (Armées), Frédérique Vidal (Enseignement supérieur), Elisabeth Borne (Transports), Brune Poirson (secrétaire d’Etat à la Transition écologique), de Ségolène Royal (envoyée spéciale pour la mise en oeuvre de l’Alliance solaire internationale), de parlementaires et de dirigeants d’organismes de recherche.

Seront notamment également présents les numéros un de Thales, Suez, Naval Group, Cap Gemini, Engie, EDF, Safran, Alstom, Dassault Aviation et Schneider Electric.

Emmanuel Macron, accompagné de son épouse, visitera le Taj Mahal dimanche et la ville de Bénarès lundi. (avec Cyril Altmeyer et Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below