March 8, 2018 / 9:16 AM / 8 months ago

LEAD 1-La Malaisie émet des doutes sur le contrat Rafale

(Actualisé avec déclaration du PDG de Dassault Aviation)

KUALA LUMPUR, 8 mars (Reuters) - La Malaisie a fait savoir jeudi que le projet de l’Union européenne de restreindre ses importations d’huile de palme pourrait affecter négativement les perspectives d’un contrat pour la France et son avion de combat Rafale.

La Malaisie est le deuxième producteur mondial d’huile de palme et la décision de l’UE en janvier d’en limiter l’usage dans les biocarburants suscite une vive inquiétude à Kuala Lumpur où l’on se dit prêt à une “guerre commerciale”.

Jeudi, le ministre malaisien de la Défense, Hishammuddin Hussein, a brandi la carte Rafale dans ce contexte de possibles représailles commerciales.

“Comme vous le savez, les avions de combat des Français, le Rafale, sont en concurrence avec les Britanniques, qui ont quitté l’UE. Donc, il va falloir qu’ils prennent cela en considération”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le Rafale de Dassault Aviation était, jusqu’à récemment, considéré comme le mieux placé pour remporter un contrat d’équipement de l’armée de l’air malaisienne portant sur 18 appareils, une facture potentielle de deux milliards de dollars (1,61 milliard d’euros).

La Malaisie avait pré-sélectionné le Rafale il y a quatre ans pour remplacer ses vieux MiG-29 russes. Les propos du ministre de la Défense pourraient remettre l’Eurofighter Typhoon sur les rangs, un appareil construit par le Britannique BAE Systems en coentreprise avec Airbus et l’Italien Leonardo.

“C’est la préparation des élections en Malaisie, l’huile de palme est un sujet qui n’est pas dépendant de ce que nous faisons ici mais qui peut impacter politiquement les relations entre plusieurs pays”, a déclaré Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, lors d’une conférence de presse à Paris, à l’occasion des résultats annuels de l’avionneur.

“Notre sujet c’est de proposer le meilleur avion de combat possible à l’armée de l’air malaisienne”, a ajouté le dirigeant français. “Les discussions ont eu lieu depuis déjà longtemps, l’avion a été évalué. La reprise de discussions dans ce domaine-là sera fonction de l’arrivée du nouveau gouvernement.”

L’industrie de l’huile de palme est, en Europe comme ailleurs, la cible de critiques en raison de la déforestation qu’elle induit. On l’accuse de provoquer d’importants nuages de fumée, la déforestation s’effectuant par brûlis. (Joseph Sipalan, avec Cyril Altmeyer et Gilles Trequesser à Paris, édité par Matthieu Protard)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below