March 6, 2018 / 9:58 PM / 6 months ago

POINT MARCHÉS-Wall Street finit de justesse en hausse, la menace des droits de douane pèse

(Actualisé avec autres actifs)

* Le Dow gagne 0,04%, le S&P-500 0,26% et le Nasdaq 0,56%

* Donald Trump campe sur son projet de droits de douane

* Neuf secteurs sur 11 du S&P-500 dans le vert

* Le dollar à un plus bas de deux semaines

*

par Sinéad Carew

NEW YORK, 6 mars (Reuters) - La Bourse de New York a fini de justesse en hausse mardi une séance volatile, les investisseurs guettant les signes d’apaisement ou de tension sur le front du libre-échange.

Certains responsables américains ont appelé Donald Trump à renoncer à son projet d’instaurer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium, tandis que d’autres ont souligné les risques de représailles et de déclenchement d’une guerre commerciale internationale.

Pour autant, le président américain a campé sur sa ligne, tout en menaçant d’infliger une “grosse taxe” à l’Union européenne si celle-ci persiste à ne pas traiter équitablement les Etats-Unis sur le plan commercial.

L’indice Dow Jones a gagné 9,36 points, soit 0,04%, à 24.884,12, après avoir oscillé entre 24.995,24 points et 24.708,41.

Le Standard & Poor’s 500, plus large, a avancé de 7,18 points, soit 0,26% à 2.728,12.

De son côté, le Nasdaq Composite s’est adjugé 41,30 points, soit 0,56% à 7.372,00.

L’indice de volatilité a connu mardi sa première hausse en trois jours, grimpant à 19,64, avant de finalement terminer à 18,34.

“Le marché cherche essentiellement des indices sur ce que sera la politique de tarifs douaniers. Au vu de la séance d’aujourd’hui, il espère qu’elle ne va pas se transformer en une guerre commerciale”, explique Jonathan Mackay, de chez Schroders Investment Management, ajoutant “la Corée du Nord aide à la marge.

REPLI DU DOLLAR

Selon Séoul, la Corée du Nord Corée est disposée à avoir des discussions avec les Etats-Unis concernant la dénucléarisation de la péninsule et la normalisation des relations bilatérales. Donald Trump a qualifié cette annonce de positive.

Ce signe de détente sur le front international a eu pour effet de favoriser la baisse du dollar en le privant de son statut de valeur refuge. Le billet vert a cédé 0,51% face à un panier de devises de référence, après avoir touché un plus bas de deux semaines. L’euro a gagné 0,54% à plus de 1,2402 dollar EUR=.

Neuf des onze compartiments du S&P-500 ont fini dans le vert, les seules baisses étant pour les services aux collectivités (-1,36%) et pour la santé (-0,12%).

A l’autre bout du spectre, le compartiment des matériaux s’est adjugé 1,09%, les investisseurs du secteur pariant contre une guerre commerciale, selon Chris Zaccarelli, de chez Independent Advisor Alliance.

Le secteur technologique a pris lui 0,24%, soutenu par Intel, plus forte hausse du Dow, qui a gagné 1,93%.

TARGET PERD 4,46%

Aux valeurs, Target a lâché 4,46%, deuxième plus forte baisse du S&P-500. Le groupe de grande distribution a été sanctionné pour son bénéfice par action inférieur au consensus, en dépit d’une hausse de 3,6%, plus marquée qu’attendu, de ses ventes à données comparables au quatrième trimestre.

Chevron a pris 0,44%, après avoir dit s’attendre à une augmentation de son flux de trésorerie disponible dès cette année, ce qui devrait lui permettre de reprendre son programme de rachats d’actions, interrompu en 2015.

Qualcomm a abandonné 2,92%. Un responsable du Trésor américain a estimé que des risques potentiels en termes de sécurité nationale avaient été identifiés dans l’offre de rachat du groupe par Broadcom, qui justifient une enquête approfondie des autorités américaines.

Environ 6,87 milliards d’actions ont changé de mains sur les marchés américains, à comparer avec une moyenne de 8,07 milliards sur les 20 dernières séances.

Sur le front obligataire, les rendements des emprunts d’Etat ont peu évolué: celui du dix ans américain a atteint 2,88% après un bref passage à plus de 2,90%, contre 2,879% lundi soir.

Sur le front pétrolier, les cours ont évolué en légère hausse < LCOc1>, tiraillés entre la baisse du dollar et la prévision d’une hausse des stocks de brut aux Etats-Unis.

Avec Ankur Banerjee et Sruthi Shankar, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below