March 5, 2018 / 6:05 AM / 8 months ago

LEAD 1-Oscar-Un 90e anniversaire marqué par l'affaire Weinstein

(Actualisé avec précisions)

par Steve Gorman

LOS ANGELES, 5 mars (Reuters) - Tandis que les Oscar et les remerciements s’égrenaient dimanche à Los Angeles pour la 90e cérémonie des récompenses du cinéma américain, le thème des affaires d’inconduite sexuelle qui minent Hollywood depuis la déchéance du producteur Harvey Weinstein a été largement abordé, de même que celui de la diversité et de la place des minorités.

Lors d’une cérémonie marquée par des appels à l’action sur plusieurs fronts, la romance homosexuelle “Call me by your name” (Appelle-moi par ton nom) a remporté l’Oscar du meilleur scénario adapté tandis que le film d’horreur revisitant le thème du racisme “Get Out” remportait celui du meilleur scénario original.

“Une femme fantastique”, film chilien sur une jeune serveuse transgenre qui doit affronter la famille de son compagnon après la mort de celui-ci, joué par l’actrice transgenre Daniela Vega a remporté l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Ouvrant la cérémonie devant un parterre d’acteurs et de cinéastes des plus glamours, le maître de cérémonie, l’humoriste Jimmy Kimmel a évoqué de façon détournée la déchéance d’Harvey Weinstein qui a entraîné dans sa chute des dizaines de personnalités puissantes d’Hollywood.

Rappelant que l’Academy Awards fêtait son 90e anniversaire, Jimmy Kimmel a déclaré devant une emblématique statue dorée plus grande que nature qu’Oscar était “l’homme le plus aimé et respecté d’Hollywood”.

“Regardez-le. Il garde ses mains là où on peut les voir, il ne dit jamais de mot grossier et, c’est le plus important, il n’a pas de pénis. Il est littéralement une statue de limitations. Il nous faut davantage d’hommes comme lui dans cette ville”, a déclaré Jimmy Kimmel.

La plaisanterie a permis de rompre la tension palpable dans un Hollywood en proie au doute où de nouvelles accusations d’inconduite sexuelle contre des réalisateurs, des producteurs ou des acteurs émergent chaque semaine depuis octobre dernier.

“SORTIR AVEC DES POISSONS”

Jimmy Kimmel a aussi évoqué directement Harvey Weinstein dont la chute s’est accompagnée de la montée en puissance du moment #Metoo (équivalent américain de #Balance ton porc) qui ont permis aux langues de se délier et de donner naissance au mouvement Time’s Up. Lancé le 1er janvier, ce fonds qui a pour but d’aider les personnes qui veulent dénoncer le harcèlement sexuel dans l’industrie cinématographique et au-delà.

Weinstein, qui dément avoir eu des relations sexuelles non consenties, a été évincé l’an dernier de l’Academy Motion Pictures Art and Sciences, qui remet les Oscars, après avoir été accusé par des dizaines de femmes, d’une grande variété de conduites sexuelles inappropriées, allant jusqu’au viol.

“Il y a eu beaucoup de grands sélectionnés, mais c’est Harvey qui le méritait le plus”, a déclaré Kimmel à propos du son renvoi du magnat déchu, ajoutant que le seul autre membre de l’Academy évincé en 90 ans était un obscur acteur sanctionné pour avoir partagé des vidéos confidentielles de films sur internet.

Evoquant “La Forme de l’eau”, histoire d’amour fantastique entre une femme de ménage muette et une créature amphibienne, qui a remporté les Oscar du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure musique, Jimmy Kimmel a déclaré : “Nous nous souviendrons toujours de cette année comme de l’année où les hommes ont tellement tout foiré que les femmes ont commencé à sortir avec des poissons.”

Le malaise a été également été abordé par l’assemblée elle-même. Trois actrices figurant parmi les accusatrices de Harvey Weinstein, Annabella Sciorra, Ashley Judd et Salma Hayek, ont présenté un montage de films et d’interviews de célébrités rendant hommage à la diversité sous toutes ses formes.

Le montage a notamment salué les performances des femmes et des personnes appartenant aux minorités derrière et devant la caméra. Il salue notamment le film de superhéros “Black Panther” où la quasi-totalité des acteurs sont noirs.

Autre moment d’émotion saluant la place des femmes dans l’industrie cinématographique, Frances McDormand, sacrée meilleure actrice pour son rôle de mère qui demande justice pour sa fille dans “Three Billboards : les panneaux de la vengeance” a terminé son discours de remerciement en demandant à toutes les femmes présentes ayant été sélectionnées pour les Oscars de se lever pour être ovationnées.

Voir aussi l’ENCADRE résumant les récompenses : (Danielle Rouquié pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below