22 septembre 2017 / 07:04 / il y a un mois

BOURSE-L'Oréal grimpe, nouvelles spéculations sur l'actionnariat

PARIS, 22 septembre (Reuters) - Le titre l‘Oréal signe vendredi la plus forte hausse du CAC 40, soutenu par de nouvelles spéculations sur l‘actionnariat du groupe de cosmétiques après la disparition de Liliane Bettencourt.

A 9h45, l‘action grimpe de 3,68% à 183,1 euros, quand le CAC 40 progresse dans le même temps de 0,21%. Le titre revient à un plus haut de près de trois mois.

Liliane Bettencourt, fille du fondateur de L‘Oréal, est morte dans la nuit de mercredi à jeudi à son domicile. La famille Bettencourt Meyers est le principal actionnaire de L‘Oréal avec 33% du capital, devant le groupe Nestlé qui en détient 23%.

Les deux parties sont liées par un pacte d‘actionnaires qui leur interdit d‘accroître leur part dans L‘Oréal jusqu‘à six mois après le décès de Liliane Bettencourt.

“La spéculation autour de la structure actionnariale future de l‘Oréal et les intentions de Nestlé est désormais inévitable”, observent dans une note les analystes de Jefferies.

Selon eux, L‘Oréal pourrait racheter la participation de Nestlé, estimée à 23 milliards d‘euros, une opération qui, après annulation des titres par L‘Oréal, ferait mécaniquement progresser le bénéfice net par action du groupe.

Des analystes avaient auparavant indiqué qu‘une telle opération pourrait être réalisée via notamment la cession des 9% que L‘Oréal détient au capital du groupe pharmaceutique Sanofi .

A la Bourse de Paris, Sanofi avance de 0,93% à 84,65 euros et Nestlé gagne 1,12% à 81,6 francs suisses à Zurich.

Une porte-parole de Nestlé n‘a pas fait de commentaire jeudi soir sur ce dossier.

Le groupe suisse est sous pression du fonds activiste américain Third Point qui réclame, notamment, qu‘il se sépare d‘actifs non stratégiques, à commencer par sa part dans L‘Oréal.

Nestlé a déjà cédé une participation de 8% dans l‘Oréal en 2014.

D‘autres analystes évoquent un autre scénario, celui du rachat de l‘Oréal par Nestlé. “A un moment d‘intenses changements et de restructurations des portefeuilles dans l‘industrie, un rachat éventuel de l‘Oréal par Nestlé ne peut pas être écarté totalement”, estiment ceux de JPMorgan dans une note.

Ce scénario, “plus radical”, est néanmoins jugé peu probable par les analystes de Jefferies. “Ce serait une opération énorme et risquée pour Nestlé”, indiquent-ils.

Au final, “beaucoup dépendra des intentions des enfants Bettencourt”, ajoutent-ils.

Blandine Hénault, édité par Pascale Denis

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below