21 septembre 2017 / 21:24 / dans un mois

Facebook promet de mieux gérer ses publicités politiques

SAN FRANCISCO, 21 septembre (Reuters) - Facebook a annoncé jeudi une réorganisation de la gestion des publicités à caractère politique sur le réseau social, en réponse aux critiques lui reprochant de ne pas avoir agi suffisamment pour prévenir des manipulations électorales.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré que sa société commencerait par fournir aux commissions du Congrès enquêtant sur les soupçons d‘ingérence russe lors de la campagne électorale américaine de 2016 environ 3.000 publicités politiques que des internautes basés en Russie ont diffusées sur Facebook avant et après l‘élection de Donald Trump.

Le réseau social a déjà évoqué début septembre ces 3.000 publicités achetées par 470 comptes et pages “non authentiques” afin de diffuser des points de vue controversés sur des sujets comme l‘immigration, les questions raciales ou les droits des homosexuels.

Zuckerberg, qui est resté largement silencieux sur la question depuis des mois, a déclaré dans une vidéo live sur le réseau social que la société allait prendre neuf mesures pour empêcher les Etats d‘utiliser Facebook pour intervenir dans les processus électoraux d‘autres pays.

“Je veux que personne n‘utilise nos outils pour saper la démocratie. C‘est contraire à nos principes”, a-t-il dit.

Facebook permettra à tout utilisateur de voir n‘importe quelle publicité politique sur Facebook, quelle que soit la cible originelle de cette publicité. Les défenseurs de la transparence, les universitaires et d‘autres réclamaient ce changement de règle depuis des mois.

Facebook demandera également aux annonceurs de dire qui paye une publicité politique. Cette règle s‘applique déjà à la télévision, mais pas sur les réseaux sociaux.

Zuckerberg a également promis que Facebook étendrait ses partenariats avec des commissions électorales dans le monde, adapterait ses systèmes pour aider à prévenir le harcelèment politique et examinerait les activités de comptes supprimés par Facebook en prévision des élections allemandes de dimanche.

Ces mesures marquent un net changement de la part du fondateur de Facebook, qui déclarait quelques jours après l‘élection de novembre 2016 qu‘il serait “fou” de croire que de fausses informations circulant sur Facebook auraient biaisé le vote en faveur de Donald Trump. (David Ingram; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below