21 septembre 2017 / 14:54 / il y a un mois

France-Un projet autoroutier suspendu à l’arbitrage de Hulot

STRASBOURG, 21 septembre (Reuters) - La poursuite des travaux préparatoires à la réalisation du Contournement ouest de Strasbourg (Cos), un projet d’autoroute à péage contesté, devra attendre l’arbitrage du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, a annoncé jeudi Martine Wonner, députée locale pour La République en marche.

La décision résulte d’une réunion organisée à Paris entre le cabinet de la ministre des transports, Elisabeth Borne, le concessionnaire Vinci et elle-même, au lendemain d’une intervention de sa part pour faire interrompre une opération de déboisement sur la commune de Kolbsheim.

“Le cabinet d’Elisabeth Borne doit faire remonter une note technique à Nicolas Hulot et revenir vers nous pour donner sa position”, a-t-elle expliqué.

La société Arcos, filiale à 100% de Vinci chargée de réaliser le Contournement de Strasbourg, rappelle de son côté que le déboisement d’1,5 ha de forêt qu’elle souhaitait mener mercredi pour réaliser des sondages de terrain et des fouilles préventives, avait été autorisé par arrêté préfectoral.

Aucune information sur la réunion de Paris n’a pu être obtenue auprès d’Arcos ou du ministère des Transports.

Le projet d’un “Grand contournement ouest” de Strasbourg, son nom d’origine, est apparu dans les années 1970 et s’est concrétisé au début des années 2000 avant d’être abandonné en juin 2012 puis relancé l’année suivante dans une configuration réduite à deux fois deux voies contre deux fois trois initialement. Il reste contesté par les écologistes et les maires des communes concernées.

LES PARTISANS DU PROJET INQUIETS

Cet investissement de 553 millions d’euros (chiffre Arcos) devrait être soumis à enquête publique vers la fin de l’année, ouvrant la voie à un début des travaux en 2018.

Le Conseil national de protection de la nature (CNPN), qui a rendu un avis défavorable, au début de l’été, sur les mesures environnementales prévues par Arcos pour compenser l’impact de l’infrastructure, doit encore se prononcer sur le correctif que lui a transmis le groupe de BTP.

Lors d‘une première réunion au ministère des Transports le 6 septembre, “il nous a été confirmé que le gouvernement ne passerait pas outre le deuxième avis du CNPN”, a dit à Reuters Martine Wonner.

Les partisans du projet d’autoroute ont de leur côté adressé mercredi soir une lettre ouverte au Premier ministre Edouard Philippe pour signifier leurs craintes face au risque d’un nouveau report du projet.

“Face à la situation de blocage engendrée par cette décision de suspension, nous souhaitons vivement une intervention de votre part pour ne pas tomber dans un report inéluctable des travaux qui amènerait à une impasse et à un vrai risque pour le projet”, écrivent le président socialiste de l’Eurométropole de Strasbourg, ceux, Les Républicains, de la région Grand-Est et du département du Bas-Rhin, ainsi que les présidents des chambres consulaires.

“Très attendu par le monde économique, ce nouvel axe permettra de faciliter l’accessibilité de tout le bassin d’emploi de Strasbourg et ce sera un atout pour son développement futur”, ajoutent-ils. (Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below