21 septembre 2017 / 10:03 / il y a 3 mois

Le consortium Bain discute certains détails de l'accord avec Toshiba

* Poursuite des discussions au sein du consortium mené par Bain

* Nouveau recours de Western Digital contre Toshiba

* La présence de Hynix pourrait prolonger les enquêtes antitrust

TOKYO, 21 septembre (Reuters) - Les membres du consortium emmené par le fonds de capital investissement Bain Capital discutent encore de “questions clés” du rachat de la division mémoires de Toshiba, ce qui pourrait retarder la signature officielle de la vente.

Le conglomérat japonais a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi (heure du Japon) avoir donné son accord pour céder sa division de semi-conducteurs pour une valeur d‘environ 2.000 milliards de yens (15 milliards d‘euros). L‘accord devait être formalisé jeudi.

Le groupe sud-coréen SK Hynix, qui appartient au consortium mené par Bain, a indiqué que les discussions se poursuivaient. Des sources proches du dossier ont confirmé que les membres du consortium s‘opposaient sur certains détails et que Toshiba devait obtenir toutes les lettres d‘engagement afin que la vente soit officiellement signée.

“Il y a encore certaines questions clés qui figurent dans le texte approuvé par le conseil d‘administration de Toshiba”, a indiqué l‘entreprise sud-coréenne, précisant qu‘il allait poursuivre les discussions.

Ni Toshiba, ni Bain, n‘ont répondu aux sollicitations de Reuters.

Ajoutant à l‘incertitude, Western Digital a annoncé avoir déposé mercredi un recours contre Toshiba pour avoir décidé unilatéralement d‘investir dans une nouvelle ligne de production de mémoires dans l‘usine qu‘ils exploitent conjointement au Japon.

Le consortium soutenu par le groupe américain lorgnait également la filiale de Toshiba.

Dans ce contexte, le titre Toshiba a terminé en baisse de 1,59% à la Bourse de Tokyo.

DE NOMBREUSES INCONNUES

Bain, allié au sud-coréen SK Hynix, a convaincu des grands groupes technologiques comme Apple et Dell de le rejoindre pour renforcer son offre.

Mais de nombreuses inconnues demeurent, dont l‘issue de l‘enquête des autorités antitrust et celle de la bataille avec Western Digital.

On ignore quand ce combat juridique s‘achèvera et quel impact il aura sur la finalisation de la vente.

Certains observateurs estiment également que la participation de SK Hynix pourrait prolonger les enquêtes des autorités de la concurrence, notamment en Chine, qui cherche à développer ses propres groupes de semi-conducteurs.

SK Hynix veut se limiter à un rôle financier mais on ignore s‘il espère obtenir à plus long terme une participation dans cette division mémoires.

“Il est évident pour tout le monde que cet accord avec Bain va avoir du mal à passer”, déclare Akira Minamikawa, analyste chez IHS Markit.

Les fabricants de mémoires Nand, Samsung Electronics en tête, se livrent à une guerre des prix féroce, à laquelle la Chine va probablement s‘inviter.

“Pour survivre, Toshiba doit se concentrer sur les systèmes de stockage pour serveurs plutôt que sur la vente de simples puces mémoires. Et les plus grands acteurs dans ce domaine sont Samsung et Western Digital, pas (son nouveau partenaire) SK Hynix.” (Makiko Yamazaki et Taro Fuse à Tokyo, Joyce Lee à Séoul; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below