14 septembre 2017 / 15:26 / dans 9 jours

LEAD 1-Allemagne-Une branche régionale d'IG Metall veut 6% de hausse de salaire

(Actualisé avec IG Metall Bade-Wurtemberg, ministre du Travail)

FRANCFORT, 14 septembre (Reuters) - L‘influente branche régionale d‘IG Metall en Rhénanie-du-Nord-Westphalie a donné jeudi une première indication sur la teneur des négociations salariales qui doivent prochainement s‘ouvrir en Allemagne en réclamant une hausse de 6% des salaires et le droit pour certaines catégories de salariés à bénéficier d‘une réduction du temps de travail.

Au niveau national, IG Metall avait demandé une revalorisation salariale de 5% lors du dernier cycle de négociations début 2016, qui a finalement débouché sur une hausse des salaires de 2,8% au 1er juillet 2016 puis encore de 2% au 1er avril 2017.

Le temps de travail devrait être au coeur des négociations cette année. IG Metall réclame que les salariés postés ou ayant des charges familiales aient la possibilité de passer de 35 heures à 28 heures hebdomadaires avec le droit de revenir à un temps plein au bout de deux ans.

Le plus grand syndicat allemand, dont la plupart des adhérents sont dans l‘automobile et l‘industrie manufacturière, veut que les employeurs contribuent à compenser la perte de salaire induite par une baisse du temps de travail.

“L‘inflation et la productivité augmentent, l‘utilisation des capacités des entreprises est à son plus haut niveau et les carnets de commandes sont excellents”, estime la branche IG Metall de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, où est notamment installé le conglomérat industriel Thyssenkrupp.

De son côté, la branche du syndicat dans le Bade-Wurtemberg, où se trouvent les sièges de Daimler et de Robert Bosch, juge qu‘il faut accorder aux salariés les moyens de mieux concilier vie professionnelle et vie privée.

LES GROUPES INDUSTRIELS HOSTILES À CES PROJETS

La ministre fédérale du Travail, Andrea Nahles, a dit être sensible à cette question de la durée du travail, relevant que, dans de nombreuses familles, les deux parents travaillent et que la technologie rend possible l‘exercice de certains métiers quels que soient le lieu et le moment.

“Si l‘économie allemande veut effectivement combattre la pénurie de travailleurs qualifiés et parvenir à un taux de participation élevé à la fois des hommes et des femmes au marché du travail, alors il faut offrir aux salariés l‘opportunité d‘adapter leur temps de travail à leur situation personnelle”, dit-elle dans un communiqué.

Les groupes industriels en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans le Bade-Wurtemberg et en Bavière ont jugé excessive la revendication salariale d‘IG Metall et rejeté l‘idée de payer des employés ayant réduit leurs horaires pour un travail qu‘ils n‘avaient pas fait.

“Et le syndicat n‘apporte aucune réponse constructive à la question de savoir comment les entreprises peuvent compenser ce travail perdu sans coûts plus élevés”, déclare dans un communiqué Stefan Wolf, patron de l‘association de l‘industrie métallurgique dans le Bade-Wurtemberg.

Les recommandations d‘IG Metall en Rhénanie-du-Nord-Westphalie alimenteront les discussions internes d‘IG Metall dont les revendications au niveau national seront annoncées le 26 octobre. Les négociations s‘ouvriront en novembre.

Les accords salariaux conclus par IG Metall concerneront 3,9 millions de salariés et auront une grande influence sur tous les autres signés dans les différents secteurs en Allemagne. (Georgina Prodhan; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below