14 septembre 2017 / 08:18 / dans 9 jours

La BNS modifie sa formulation sur le franc suisse

par John Revill

ZURICH, 14 septembre (Reuters) - La Banque nationale suisse (BNS) a légèrement modifié jeudi la formulation qu‘elle emploie pour évaluer la situation de la monnaie nationale, tout en maintenant une politique monétaire “expansionniste”.

Dans son examen trimestriel de la situation économique et monétaire, la banque centrale constate que “le franc a faibli face à l‘euro alors qu‘il s‘est apprécié par rapport au dollar des Etats-Unis” et ajoute que “cette évolution contribue dans une certaine mesure à réduire sa nette surévaluation”.

Mais, poursuit-elle dans son communiqué, “le franc se maintient à un niveau élevé, et la situation sur le marché des changes reste fragile”. Il y a trois mois, la BNS jugeait encore le franc “nettement surévalué”.

“Le taux d‘intérêt négatif et la disposition de la Banque nationale à intervenir au besoin sur le marché des changes demeurent par conséquent nécessaires pour rendre les placements en francs moins attrayants et, partant, réduire les pressions sur le franc”, explique-t-elle.

Ces déclarations ont fait reculer le franc suisse de 0,24% face à l‘euro et de 0,17% contre le dollar.

Une enquête Reuters publiée mercredi laissait penser que ce changement de formulation était loin d‘être acquis: huit économistes interrogés à ce sujet estimaient que la banque centrale conserverait la formulation “significativement surévalué”, huit autres disaient qu‘elle jugerait le franc “surévalué” tandis que pour deux autres, la BNS le verrait “correctement évalué”.

Comme prévu par ces mêmes économistes, l‘institut d‘émission n‘a pas modifié son objectif pour le taux Libor, qui demeure dans une fourchette de -1,25% à -0,25% depuis janvier 2015.

Le taux de -0,75% appliqué aux dépôts à vue est également maintenu.

Les taux négatifs sont l‘un des piliers de la politique monétaire de la BNS depuis le désarrimage soudain du franc suisse d‘avec l‘euro en janvier 2015.

La banque centrale a par ailleurs nettement réduit sa prévision de croissance de la Suisse cette année, à “près de 1%” contre 1,5% anticipé en juin.

En revanche, la prévision d‘inflation s‘améliore un peu, à 0,4% contre 0,3% précédemment à la fois pour 2017 et 2018, la prévision pour 2019 passant de 1% à 1,1%.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below