10 août 2017 / 17:30 / il y a 12 jours

Akzo remporte une nouvelle bataille juridique face à Elliott

AMSTERDAM, 10 août (Reuters) - Le fabricant néerlandais de peintures et de revêtements Akzo Nobel n'est pas tenu de faire voter ses actionnaires sur une mise à l'écart de son président Antony Burgmans, a dit jeudi un tribunal néerlandais, offrant au groupe une nouvelle victoire juridique dans le différend que l'oppose au fonds activiste Elliott Advisors.

Ce dernier, premier actionnaire d'Akzo Nobel avec une participation de 9,5%, tient Antony Burgmans pour responsable du rejet par le groupe néerlandais d'une offre de 26,3 milliards d'euros par son concurrent américain PPG Industries et voudrait de ce fait le voir partir.

De concert avec York Capital Management, qui détient une part de 0,6% dans le propriétaire de la marque Dulux, Elliott avait lancé début juillet une deuxième procédure en justice visant à contraidre Akzo Nobel de réunir une assemblée générale extraordinaire dédiée à l'avenir d'Antony Burgmans à la tête du groupe.

Un tribunal d'Amsterdam a jugé cette requête prématurée, étant donné qu'Akzo Nobel avait déjà convoqué une assemblée générale extraordinaire pour le 8 septembre. Elle a ajouté que cette réunion devait être l'occasion à la fois d'une explication de texte sur les raisons du rejet de l'offre de PPG et d'un rétablissement des liens entre différents actionnaires.

"Après cette AG, il reviendra aux actionnaires de tirer leurs conclusions et, le cas échéant, de décider de la marche à suivre", précise le tribunal.

AkzoNobel a dit avoir pris acte de la décision du tribunal, ajoutant attendre avec impatience la tenue de l'AG. Elliott a de son côté annoncé qu'il ferait bientôt savoir sa réponse.

Une première tentative entreprise par Elliott Advisors pour forcer AkzoNobel à faire voter ses actionnaires sur le sort d'Antony Burgmans avait été rejetée mai par le tribunal de commerce d'Amsterdam.

Fin juillet, Akzo Nobel a déclaré qu'Antony Burgmans quitterait ses fonctions en avril 2018, soit à la fin de son mandat. Par ailleurs, toujours le mois dernier, le groupe a dit que son directeur général Ton Büchner, qui était également opposé au projet de rachat de PPG, quittait ses fonctions pour raisons de santé pour être remplacé par le chef de sa division chimie, Thierry Vanlancker.,

En vertu de la réglementation boursière néerlandaise, PPG, qui a renoncé début juin à lancer une offre hostile, ne pourra pas revenir à la charge sur Akzo Nobel avant novembre au plus tôt. (Bart Meijer, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below