30 juillet 2017 / 15:26 / dans 3 mois

Allemagne-Pas de soutien du diesel par la fiscalité-ministère

BERLIN, 30 juillet (Reuters) - Le ministère de l‘Environnement allemand a opposé une fin de non recevoir à de deux Länder qui proposent des avantages fiscaux destinés à promouvoir la vente de véhicules à moteur diesel modernes et électrique.

Le gouvernement fédéral, les Länder et les grands constructeurs automobiles se retrouveront pour un sommet qui se tiendra le mercredi 2 août et au cours duquel ils débattront des moyens d‘éviter une interdiction de circulation des véhicules diesel dans les villes.

Stephan Well, Premier ministre de Basse-Saxe, le Land qui héberge le siège social de VW, propose des avantages financiers aux conducteurs qui troqueront leur vieux véhicule diesel pour un modèle moins polluant, tandis que Horst Seehofer, le Premier ministre de Bavière, où est basé BMW, veut une réduction de la fiscalité pour les propriétaires de véhicules diesel conçus pour respecter la dernière norme européenne Euro-6.

“Soutenir une technologie qui sera de toute façon bannie des routes à plus ou moins brève échéance, voilà qui ne nous intéresse pas”, a déclaré une porte-parole du ministère de l‘Environnement samedi.

Le gouvernement allemand et les professionnels de l‘automobile ont convenu la semaine dernière de lancer un plan de sauvetage du diesel comportant un programme de mise à jour des logiciels équipant les véhicules pour rendre les systèmes de filtrage des gaz d‘échappement plus efficaces.

Le ministre des Transports allemand a en outre annoncé jeudi un projet de fonds de modernisation des transports urbains destiné entre autres choses à réduire la pollution mais Alexander Dobrindt a également dit qu‘il était prématuré d‘en finir avec le moteur thermique.

Le tribunal administratif de Stuttgart a cependant donné raison vendredi à une organisation écologiste qui réclame l‘interdiction du diesel dans les rues de cette ville du sud-ouest de l‘Allemagne.

“Si on doit respecter les objectifs de réduction de la pollution d‘Euro-6 avec des véhicules Euro-5, une solution purement logicielle ne suffira pas”, a observé Stephan Weil, qui siège également au conseil de surveillance de Volkswagen , dans un article du Tagesspiegel am Sonntag.

Les constructeurs devront apporter une contribution “de taille” au financement d‘éventuelles modification des matériels, un coût qui ne doit pas être répercuté sur l‘automobiliste, a ajouté Weil.

Selon le DUH, principal groupe de pression écologiste d‘Allemagne, remplacer les systèmes de contrôle des émissions reviendrait à 1.500 euros par véhicule environ contre une centaine d‘euros pour une mise à jour logicielle.

Compte tenu que cette mise à jour concerne neuf millions de véhicules environ et que l‘Allemagne n‘est qu‘à huit semaines des élections fédérales, les politiques sont soucieux d‘épargner à l‘automobiliste toute entrave à la circulation ou tout coût de mise en conformité.

“Le réaménagement des véhicules se doit d‘être une réussite de façon à ce que les voitures Euro-5 puissent continuer de rouler dans les villes, tel est l‘accord principal qui doit ressortir du sommet diesel”, explique Roman Zitzelsberger, représentant du syndicat IG Metall dans le Bade-Wurtemberg, le Land de Daimler, dans les colonnes du Tagesspiegel am Sonntag.

Markus Wacket, Andreas Cremer, Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below