29 juillet 2017 / 11:18 / dans 2 mois

LEAD 1-TF1 veut retirer ses chaînes de SFR, l'opérateur refuse

* TF1 a engagé un bras de fer avec ses distributeurs

* SFR dénonce une prise d‘otage de ses clients

* Il dit étudier toutes les voies de recours possible (Actualisé avec réaction de SFR)

par Gwénaëlle Barzic

PARIS, 29 juillet (Reuters) - TF1 a intimé samedi à l‘opérateur télécoms SFR de cesser de distribuer ses chaînes de télévision gratuites sur ses “boxes” après l‘échec de 16 mois de discussions sur les modalités financières de leurs accords de distribution.

Ces accords, qui avaient été prolongés de plusieurs mois pour tenter de parvenir à un compromis, ont pris fin vendredi, a annoncé dans un communiqué le groupe de télévision, propriétaire des chaînes TF1, TMC, NT1, HD1 et LCI.

La filiale de Bouygues met ainsi ses menaces à exécution après avoir engagé depuis plusieurs mois un bras de fer avec ses distributeurs, les opérateurs télécoms et Canal+, en vue d‘obtenir une hausse substantielle de sa rémunération pour l‘utilisation de ses chaînes et de son service de rattrapage MYTF1.

“A compter du 29 juillet 2017, date d’échéance des contrats, et en l’absence de tout accord avec le groupe TF1, Numericable-SFR n’est plus autorisé à exploiter commercialement MYTF1 et les chaînes en clair du groupe TF1”, explique TF1 dans son communiqué.

Première conséquence, le service MYTF1 n‘est plus disponible sur les boxes de l‘opérateur télécoms, filiale d‘Altice , mais il reste accessible sur les tablettes, ordinateurs et téléphones portables.

En dépit de la fin de leurs accords commerciaux, SFR continuait en revanche samedi à diffuser les chaînes de TF1.

“Malgré l‘opération de communication de TF1 ce jour, rien ne change pour les abonnés SFR concernant la diffusion des chaînes du Groupe TF1”, assure l‘opérateur, qui dénonce une “tentative de prise d‘otage” de ses clients .

“La communication de TF1 comme la coupure unilatérale de My TF1 pour les seuls abonnés de SFR, dont la légalité est questionnée, constituent en effet un préjudice considérable contre lequel SFR étudie toutes les voies de recours possibles”.

TF1 menace également de riposter par voie juridique afin d‘obtenir la coupure du signal de ses chaînes dont il n‘a pas la complète maîtrise technique.

“Numericable-SFR n’a aucun droit à distribuer nos chaînes sans notre accord, et nous n’avons aucune obligation de les lui fournir”, assure le PDG de TF1 Gilles Pélisson dans une lettre adressée aux salariés du groupe.

Face à l‘explosion de la concurrence des chaînes gratuites et à un marché publicitaire mou, le PDG a lancé une stratégie de diversification des ressources de TF1 qui vise notamment à obtenir une meilleure rémunération pour ses chaînes, leaders en termes d‘audience dans l‘univers des chaînes privées.

“Si ces programmes représentent un coût important pour le groupe TF1, ils créent de la richesse pour Numericable-SFR, en étant générateur d’abonnements”, souligne le PDG, en rappelant que son groupe investit chaque année 1 milliard d‘euros.

DISCUSSIONS EN COURS AVEC LES AUTRES OPÉRATEURS

Le dirigeant rappelle par ailleurs que plusieurs opérateurs français, dont SFR, rémunèrent dans d‘autres pays le signal de chaînes gratuites, notamment en Belgique et aux Etats-Unis.

Le groupe ne communique pas de chiffre sur le montant de la rémunération souhaitée mais prend volontiers pour exemple la chaîne allemande ProSieben, qui reçoit une rémunération d‘environ 100 millions d‘euros par an.

Les opérateurs sont vent debout contre l‘offensive de TF1, qui a été imité dans sa démarche par M6.

Ils soulignent que les opérateurs télécoms qui rémunèrent la distribution de chaînes gratuites dans d‘autres pays reçoivent souvent en contrepartie une part des revenus publicitaires et rappellent par ailleurs qu‘ils doivent supporter des coûts de distribution.

SFR a porté son différend devant le Conseil supérieur de l‘audiovisuel tandis qu‘Orange a engagé un recours contre la chaîne devant le tribunal de commerce pour abus de position dominante dans la télévision et la publicité.

Les discussions se poursuivent cependant avec Orange , Bouygues Telecom, Free (Iliad) et Canal+ (Vivendi), dont l‘échéance des contrats arrive ultérieurement.

Le PDG de TF1 laisse quant à lui la porte ouverte à une reprise des discussions avec SFR.

“Nous sommes naturellement mobilisés avec le comité exécutif pour trouver un accord équitable avec Numericable-SFR, en continuant à privilégier la négociation”, explique-t-il dans sa lettre aux salariés.

Personne n‘était joignable au ministère de la Culture pour un commentaire sur la situation. (Avec Mathieu Rosemain, édité par Yann Le Guernigou)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below