28 juillet 2017 / 09:54 / dans 2 mois

Essilor en repli après la révision de l'objectif de croissance

PARIS, 28 juillet (Reuters) - Essilor reculait nettement vendredi à la Bourse de Paris après avoir revu à la baisse sa prévision de croissance pour 2017 au vu notamment d‘un marché latino-américain plus difficile que prévu au premier semestre.

Le spécialiste de l‘optique médicale, en cours de rapprochement avec le groupe italien Luxottica, vise désormais une croissance organique de 3% (contre 3% à 5% précédemment) et de 6% à 7% hors changes (au lieu de 6% à 8%).

Il maintient en revanche sa prévision d‘une contribution de l‘activité ajustée - l‘un des indicateurs clef du groupe - autour de 18,5% du chiffre d‘affaires (18,4% au 30 juin).

L‘activité du groupe est en croissance dans toutes les régions du monde, à l‘exception de l‘Amérique latine (-5,1% en organique) en raison d‘un environnement difficile au Brésil.

A 11h51, le titre accusait un recul de -4,08% à 111,65 euros, accusant ainsi la deuxième plus forte baisse de l‘indice CAC 40 (-1,39%).

“Au T2, le groupe n‘a pas réussi à accélérer sa croissance organique en raison de conditions plus difficiles en Amérique latine, ce qui l‘a conduit à réduire son objectif de croissance organique (...) à environ 3%”, soulignent dans une note les analystes de Kepler Cheuvreux.

Ces derniers restent toutefois à l‘achat sur le titre, avec un objectif de cours ramené à 126 euros (contre 130 euros auparavant), en raison des bénéfices attendus de la fusion avec Luxottica.

Essilor a indiqué qu‘il espérait obtenir d‘ici la fin de l‘année toutes les autorisations nécessaires pour finaliser le rapprochement avec le premier fabricant mondial de montures de lunettes, annoncé en janvier dernier.

* Graphique de la performance d'Essilor et Luxottica depuis le projet de fusion : bit.ly/2lUrLu7

Au 1er semestre, Essilor a dégagé un chiffre d‘affaires de 3,9 milliards d‘euros (+9,1%, +2,5% en organique), un résultat opérationnel de 670 millions et un résultat net de 433 millions, globalement en ligne avec le consensus Inquiry Financial/Reuters (respectivement 3,92 milliards, 675 millions et 435 millions).

Le communiqué:

bit.ly/2uE7lMd

Jean-Michel Bélot, édité par Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below