31 mars 2017 / 09:24 / dans 6 mois

M&A-Le marché français signe un début d'année tonitruant

par Matthieu Protard

PARIS, 31 mars (Reuters) - Loin d‘être entré en hibernation pour cause d‘élection présidentielle à l‘issue incertaine, le marché français des fusions et acquisitions (M&A) signe un premier trimestre 2017 tonitruant, grâce aux offensives tricolores à l‘international.

D‘après l‘étude trimestrielle de Thomson Reuters, l‘activité de M&A a bondi de 51% dans l‘Hexagone entre janvier et mars et le volume de transactions s‘est élevé à 67,6 milliards de dollars (63 milliards d‘euros).

Le marché enregistre du coup son meilleur début d‘année depuis 2007, dynamisé par l‘offensive des entreprises françaises à l‘international, à l‘image du rachat de l‘italien Luxottica par Essilor, la reprise par le groupe PSA du constructeur automobile allemand Opel ou encore celle de GE Water par Suez.

Les acquisitions françaises à l‘étranger affichent un record avec 35,9 milliards de dollars.

“Avec des indicateurs macro-économiques favorables, les ingrédients du M&A restent réunis pour favoriser l‘activité”, souligne Alexandre Courbon, responsable du M&A pour la France chez Société générale CIB.

“Le contexte de remontée des taux et les incertitudes entourant l‘issue des élections en Europe incitent aussi les entreprises à saisir les opportunités.”

Les inquiétudes quant à l‘issue du scrutin présidentiel en France et au risque de ‘Frexit’ - abandon par la France de l‘euro - en cas de victoire de Marine Le Pen, ne semblent pas non plus avoir détourné les investisseurs de la France.

Les acquisitions d‘entreprises françaises par des groupes étrangers ont en volume crû de 18% pour atteindre 4,4 milliards de dollars.

En revanche, la consolidation entre entreprises françaises a marqué le pas et s‘est contractée de 11% au premier trimestre avec 25,2 milliards de dollars d‘opérations comme le rachat de Zodiac Aerospace par Safran, opération contestée par le fonds activiste TCI.

Dans le palmarès des banques d‘affaires, Rothschild se maintient en pole position avec 21 transactions à son actif, suivi de BNP Paribas (2e avec 17 opérations) et de Citi (3e avec 11 opérations).

L‘étude Thomson Reuters:

bit.ly/2oi61g7 (Matthieu Protard, édité par Julien Ponthus)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below