30 mars 2017 / 13:52 / dans 5 mois

FRANCE 2017-Les propositions des candidats pour financer l'économie

PARIS (Reuters) - Les principaux candidats à l‘élection présidentielle veulent mobiliser l‘épargne des ménages français pour relancer l‘économie et soutenir le financement des entreprises.

Voici les principales propositions contenues dans les programmes des cinq candidats, à savoir François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon :

François Fillon, candidat de la droite et du centre:

* Le candidat de la droite et du centre veut orienter 50 milliards d‘euros, soit environ 3% des encours des contrats d‘assurance vie, vers le capital des petites et moyennes entreprises (PME) et souhaite multiplier les fonds privés d‘amorçage, labélisés par Bpifrance et abondés par l’Etat. Il compte en outre faciliter l‘ouverture du capital des PME aux salariés sans risque de requalification en salaire et développer l’intéressement dans les PME.

* Faire de Bpifrance l‘outil stratégique national d‘investissement industriel en lui donnant les moyens d‘un ‘fonds souverain’. La banque publique d‘investissement devra se concentrer sur les secteurs que ne couvrent pas les fonds d‘investissements privés et abondera les fonds dédiés au développement des PMI.

* Supprimer l‘ISF dès 2018 pour garder en France des capitaux qui seront investis dans des entreprises françaises. La déduction de l’investissement dans les PME sera de 30% pour les particuliers, et ce dans la limite d‘un million d’euros pour un couple.

* Mettre en place un taux unique d‘imposition des revenus du patrimoine à 30% pour favoriser l‘investissement dans les entreprises et donc la création d‘emplois en maintenant le régime fiscal actuel de l‘assurance vie et des livrets d‘épargne populaire comme le Livret A.

* Doubler le plafond de versement dans le “PEA PME” pour le porter à 150.000 euros afin de renforcer le financement des PME et des ETI, et donc favoriser la création d’emplois.

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste:

* Pour aider les PME à se développer, le candidat de la gauche veut faciliter leur accès aux financements à tous les stades de leur croissance. La Banque publique d’investissement (Bpifrance) interviendra en garantie comme en prêteur lorsque les banques seront réticentes à accompagner leurs projets.

* Il veut également créer une monnaie alternative inter-entreprises qui permettrait aux PME de s‘échanger des services sans mobiliser leur trésorerie.

* Aux assises de l‘épargne organisées par l‘Afer à la mi-mars, Jérôme Guedj, le porte-parole de Benoît Hamon, a assuré que le candidat socialiste ne comptait pas modifier la fiscalité de l‘assurance vie mais souhaiterait qu‘une partie de cette épargne soit orientée vers les PME.

Marine Le Pen, candidate du Front national:

* La présidente du front national veut faire de la France “une terre d‘innovation”. Pour ce faire, elle souhaite diriger une part de l’ assurance vie - 2% - vers le capital-risque et les startups, inciter les grands groupes à créer leur propre fonds dans les entreprises innovantes et enfin recentrer le Crédit Impôt Recherche vers les PME et les startups.

* Libérer l‘accès au crédit pour les petites et très petites entreprises (TPE) grâce à des taux préférentiels sous la supervision de la Banque de France afin de remettre la finance au service de l‘économie réelle.

Emmanuel Macron, candidat d’“En marche !”:

* Le candidat d’“En marche!” souhaite une réorientation “massive” de l‘épargne vers l‘économie réelle. Il compte dans cette optique créer un prélèvement forfaitaire unique sur tous les revenus du capital (intérêts, dividendes et plus-value). Ce prélèvement sera de l’ordre de 30%, prélèvements sociaux inclus mais concernant, l‘assurance vie, il ne devrait toucher que les futurs versement et à partir d‘un certain montant de capital.

* Il souhaite également remplacer l‘ISF par un impôt sur la fortune immobilière. Cet impôt ne pèsera plus sur ceux qui placent leur argent pour aider au financement de l’économie réelle. En revanche, le candidat s‘engage à ni augmenter ni réduire la charge fiscale pour ceux qui ont investi leur capital dans l’immobilier.

* Il veut aussi créer un Fonds pour l‘industrie et l‘innovation. Doté de 10 milliards d‘euros issus des actions d‘entreprises possédées de manière minoritaire par l‘État, ce fonds doit servir à financer l‘industrie du futur.

Jean-Luc Mélenchon, candidat de “La France insoumise”:

* Le candidat veut réserver l‘avantage fiscal de l‘assurance vie aux seuls fonds investis en France.

* Il compte moduler l‘impôt sur les sociétés selon l‘usage des bénéfices par les entreprises pour encourager l‘investissement en France, avec un taux réduit pour les bénéfices réinvestis en France et un taux plein pour les bénéfices distribués aux actionnaires.

* Il souhaite en outre créer un pôle public bancaire, notamment par la nationalisation de banques généralistes, en vue de financer les entreprises et de mener une politique du crédit sur critères sociaux et écologiques. (Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below