24 mars 2017 / 15:11 / dans 8 mois

GB-Le démantèlement de la banque Co-op semble inévitable-sources

* Les éventuels repreneurs intéressés par certains actifs

* Virgin Money, OneSavings Bank, parmi les banques intéressées-sces

* Cerberus et Apollo parmi les fonds intéressés-sces

24 mars (Reuters - Plusieurs investisseurs sont intéressés par la reprise de Co-Operative, a déclaré vendredi la banque mutualiste britannique, mais des sources proches du dossier ont rapporté à Reuters que la plupart d‘entre eux ne s‘intéressaient qu‘à certains de ses actifs.

Selon ces sources, ces éventuels acheteurs ne voient pas l‘intérêt d‘un rachat global du groupe qui s‘est mis en vente en février et d‘autres, comme la banque espagnole Banco Sabadell , ont renoncé à faire une offre.

La banque, qui compte quatre millions de clients, a un besoin urgent de capitaux si elle veut éviter de disparaître. Elle est déficitaire depuis 2011 et doit rembourser 400 millions de livres sterling (462,40 millions d‘euros) d‘obligations arrivant à échéance en septembre.

Co-op, qui se bat pour répondre aux exigences de fonds propres fixés par les autorités de régulation, a annoncé le 13 février chercher un repreneur.

Ses banques conseil Bank of America et UBS ont demandé aux parties intéressées de pas soumettre d‘offres non contraignantes avant l‘échéance du 3 avril, a indiqué une des sources.

Virgin Money et OneSavings Bank, contrôlée par JC Flowers, font partie des établissements intéressés, ont ajouté les sources.

Un porte-parole de Virgin Money s‘est refusé à commenter ces informations et personne chez OneSavings Bank n‘était disponible dans l‘immédiat pour les évoquer.

De nombreux investisseurs espèrent que la banque de Manchester se scindera en une structure saine et une structure de défaisance.

Parmi ces investisseurs, qu‘on surnomme les “fonds vautours”, figurent Cerberus, Fortress et Apollo, selon les sources.

Cerberus s‘est refusé à tout commentaire, et personne n‘a pu être joint chez Fortress et Apollo.

Co-Op Bank, qui a déjà été sauvée in extremis par des fonds spéculatifs en 2013, a précisé qu‘elle fournirait des informations supplémentaires aux parties sélectionnées afin qu‘elles puissent présenter leurs offres.

Mais la reprise de la banque dans sa totalité ne suscite que peu d‘intérêt et les éventuels acquéreurs tablent fortement sur un démantèlement de la banque, ont précisé les sources.

“Le prochain tour d‘enchères n‘aura pas d‘incidence parce que personne ne proposera un prix conforme aux attentes”, a dit l‘une des sources. “Un démantèlement est inévitable.”

La banque, placée sous haute surveillance par les régulateurs britanniques, a dit qu‘elle continuerait parallèlement à négocier un plan d‘augmentation de capital avec ses actionnaires actuels et de nouveaux entrants, comme une alternative à la vente.

La banque devrait publier une “perte significative” pour 2016, en dépit d‘une baisse de 20% de ses coûts depuis 2014. (Parmela Barbaglia et Rahul B, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below