23 mars 2017 / 11:09 / il y a 6 mois

Les banques empruntent plus que prévu au dernier TLTRO de la BCE

FRANCFORT, 23 mars (Reuters) - Les banques de la zone euro ont demandé jeudi bien plus de prêts à long terme très bon marché de la Banque centrale européenne (BCE) que prévu, pour la dernière des opérations exceptionnelles annoncées l‘an dernier pour soutenir la relance du crédit.

La BCE a ainsi servi 233,5 milliards d‘euros à 474 banques au terme de sa dernière opération de refinancement à plus long terme ciblée (TLTRO II), un total nettement supérieur à celui de 125 milliards attendu en moyenne par les économistes interrogés par Reuters.

Ce montant supérieur aux attentes suggère que les banques ont cherché à accumuler des liquidités bon marché dans l‘anticipation d‘une poursuite de la hausse de la demande des prêts.

Mis en place il y a un an alors que la croissance du crédit dans la zone euro était encore quasi-nulle, les TLTRO sont proposé avec un intérêt nul aux banques et ils peuvent même leur offrir une rémunération susceptible d‘atteindre 0,4%, pour autant qu‘elles puissent prouver qu‘elles ont atteint certains objectifs en termes de crédit aux entreprises et aux ménages.

Mais, aujourd‘hui, la croissance du crédit aux entreprises a atteint son plus haut niveau depuis 2009 et la croissance économique est relativement solide, des éléments qui ont conduit la BCE à ne prolonger le programme TLTRO, faisant ainsi, selon certains, un petit pas vers la normalisation de sa politique monétaire.

Le programme de rachats d‘actifs, autre mesure destiné à favoriser la reprise de la croissance, va, comme prévu, être ramené à partir d‘avril à 60 milliards d‘euros par mois contre 80 milliards précédemment.

L‘annonce des résultats du dernier TLTRO a permis à l‘indice Stoxx des banques de la zone euro, jusqu‘alors en léger repli, de repartir à la hausse. A 11h08 GMT, il gagnait 0,89%.

Parallèlement, les rendements des emprunts souverains de certains des pays les moins bien notés de la zone euro, comme le Portugal ou l‘Espagne, étaient orientés à la baisse.

L‘écart de rendements entre les titres à dix ans portugais et allemands est ainsi revenu à son plus bas niveau depuis trois mois. (Andreas Framke, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below