22 mars 2017 / 09:58 / dans 6 mois

Les banques d'investissement US ont renforcé leur emprise en 2016

par Jamie McGeever

LONDRES, 22 mars (Reuters) - JP Morgan a conservé la tête du classement mondial des activités de banques d‘investissement l‘année dernière, dont les cinq premières places sont occupées par des établissements américains qui confirment ainsi leur domination au détriment de leurs concurrentes européennes en difficulté, montrent des données publiées mercredi.

Les revenus tirés par JP Morgan des activités de marché, de conseil en fusions-acquisitions et des autres activités de banque de financement et d‘investissement (BFI) ont progressé de 11% l‘année dernière à 25,2 milliards de dollars (23,4 milliards d‘euros) contre 22,7 milliards de dollars en 2015, selon le cabinet d‘analyses spécialisé Coalition.

Citi a enregistré une performance comparable et gagné un cran dans le classement, passant de la troisième position ex-aequo en 2015 à la deuxième. En revanche, les 12 banques suivies par Coalition ont accusé en moyenne une baisse de 3% des revenus de leur BFI l‘année dernière.

JP Morgan a notamment conservé sa première place dans les activités de marché sur les taux, les changes et les matières premières, grâce à sa domination sur les activités de taux et de change des 10 pays les plus développés (G10).

JP Morgan arrive ainsi en première ou en deuxième position dans toutes les sous-catégories des activités de marché sur les taux, les changes et les matières premières à l‘exception du segment de la dette des collectivités locales, a dit Coalition.

Morgan Stanley a conforté sa cinquième place au classement, qu‘elle partageait en 2015 avec Deutsche Bank , en consolidant sa domination dans les activités de marché sur les actions.

Les grandes banques américaines accaparent désormais près des deux tiers des revenus mondiaux des activités de BFI, l‘écart avec leurs concurrentes européennes n‘ayant cessé de croître depuis 2011, année au cours de laquelle elles faisaient jeux égal.

Mais la tendance pourrait s‘inverser.

“Les banques européennes ont connu des contre-performances notables l‘année dernière, qui ne devraient pas se renouveler”, a dit Amrit Shahani, directeur de recherche chez Coalition. “Elles devraient améliorer leurs performances mais en partant d‘un niveau bas. Nous nous attendons à ce qu‘elles maintiennent voire augmentent leur part de marché cette année.”

Shahani a souligné que les banques en tête et en queue de classement prenaient des parts de marché à celles situées en milieu de classement.

BNP ET SOCGEN EN QUEUE

Les grandes banques d‘investissement mondiales ont connu en 2016 un début d‘année difficile, marqué par les craintes d‘une récession en Chine et une accélération de la chute des cours des matières premières qui avaient fortement perturbé les marchés financiers.

Les revenus des activités de BFI avaient en conséquence chuté de 15% sur les six premiers mois de l‘année par rapport à la période correspondante de 2015, la pire performance sur une première partie d‘année depuis la crise financière de 2008.

Les activités de marché sur l‘obligataire ont nettement rebondi au deuxième semestre avec les chocs représentés par le vote surprise des Britanniques en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l‘Union européenne en juin puis la victoire non moins inattendue de Donald Trump à l‘élection présidentielle américaine en novembre. La hausse de la volatilité sur les marchés a favorisé un net rebond des revenus. Ceux des seules banques américaines ont ainsi bondi de 37% à 24,6 milliards de dollars sur la deuxième partie de l‘année.

Deutsche Bank et Credit Suisse, toujours en pleine restructuration, ont été particulièrement affectées et ont reculé dans le classement mondial, à la sixième et à la huitième place respectivement.

Tout comme Citi, Barclays et HSBC ont chacune progressé d‘un cran, au deuxième, septième et neuvième rang respectivement. BNP Paribas et Société générale sont restées en queue de classement à la 11e et 12e place respectivement, comme en 2015.

JP Morgan a réalisé l‘essentiel de sa performance grâce à ses activités aux Etats-unis dont les revenus ont progressé de 10% par rapport à 2015 à 14,3 milliards de dollars. Elle a enregistré une progression comparable de ses activités dans la région Europe-Moyen-Orient-Afrique à 7,7 milliards de dollars, a dit Coalition.

Deutsche Bank a dû partager sa deuxième place dans cette même région avec Goldman Sachs qui y a gagné un cran.

Dans les classements régionaux, le changement le plus marquant a toutefois concerné la zone Asie-Pacifique où JP Morgan est passée de la cinquième place ex-aequo en 2015 à la première avec des revenus de 3,3 milliards de dollars.

Les banques suivies par Coalition sont Bank of America Merrill Lynch, Barclays, BNP Paribas, Citigroup, Credit Suisse, Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC, JPMorgan, Morgan Stanley, Société générale et UBS. (Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below