20 mars 2017 / 09:49 / dans 6 mois

Banderole anti-austérité à Athènes avant l'Eurogroupe

par George Georgiopoulos

ATHENES, 20 mars (Reuters) - Les employés du fisc grec ont déployé lundi une banderole haute de trois étages sur la façade du ministère des Finances à Athènes pour dénoncer l‘austérité, alors que les ministres des Finances de la zone euro se réunissent à Bruxelles pour examiner les réformes mises en place par le gouvernement d‘Alexis Tsipras dans le cadre du plan d‘aide international.

“Une fois de plus, ils préparent des mesures qui frapperont les mêmes groupes sociaux sous prétexte de sauver le pays, les revenus modestes et moyens”, a déclaré sur Skai TV le directeur des employés du fisc pour l‘Attique et les Cyclades, Dimitris Merkos.

“Malgré les affirmations du gouvernement qui dit que ces nouvelles mesures n‘apporteront même pas un euro d‘austérité, la baisse du seuil d‘exemption de l‘impôt sur le revenu signifie des réductions de salaires et de pensions”, a-t-il ajouté.

Le gouvernement Tsipras et les créanciers de la Grèce n‘ont toujours pas trouvé de terrain d‘entente sur des réformes de l‘énergie et du marché du travail, ce qui signifie que l‘examen des mesures mises en oeuvre dans le cadre du plan d‘aide de 86 milliards d‘euros négocié à l‘été 2015, qui se prolonge depuis des mois, prendra encore du temps.

Pour sortir de l‘impasse, le gouvernement, désormais devancé dans les sondages par l‘opposition conservatrice, a accepté de mettre en oeuvre une baisse des exemptions d‘impôt sur le revenu et des pensions de retraite à compter de 2019.

Le plan de renflouement actuel est le troisième accordé à Athènes depuis 2010. La Grèce compte sur les prêts des autres pays membres de la zone euro pour éviter un défaut sur quelque 7,5 milliards d‘euros qu‘elle doit rembourser en juillet.

La semaine dernière, le ministre grec des Finances, Euclide Tsakalotos, s‘est dit confiant dans la conclusion d‘un accord préliminaire ce lundi qui ouvrirait la voie à un accord global d‘ici au 7 avril, y compris sur un allègement de dette.

Mais un haut responsable de la zone euro s‘est montré moins optimiste, jugeant très minimes les chances de conclure un accord technique et laissant entendre que les négociations pourraient se prolonger jusqu‘en mai.

“Entre Charybde et Scylla”, titre en première page le quotidien Ton Syntakton, qui prédit que l‘Eurogroupe de ce lundi ne débouchera que sur le constat que des progrès ont été effectués pour réduire les divergences entre Athènes et ses créanciers. (Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below