13 mars 2017 / 15:51 / dans 6 mois

ENCADRE-Des patrons allemands à la rencontre de Trump avec Merkel

par Georgina Prodhan

FRANCFORT, 13 mars (Reuters) - De grands patrons allemands, ceux de Siemens, BMW et Schaeffler , vont accompagner Angela Merkel aux Etats-Unis pour y rencontrer Donald Trump, qui menace de mettre en place une politique commerciale plus protectionniste, ont dit des sources à Reuters.

Ces capitaines d‘industrie insisteront notamment auprès du président américain sur le fait que “l‘entreprise Allemagne” (“Deutschland AG”) est un employeur de premier plan aux Etats-Unis.

La chancelière allemande et le président américain doivent se rencontrer pour la première fois mardi à Washington. Angela Merkel a déclaré lundi à Munich que le libre-échange était “avantageux” aussi bien pour l‘Allemagne que pour les Etats-Unis.

Les trois grands patrons qui l‘accompagnent auront pour leur part un entretien de moins d‘une heure avec Donald Trump. Ils devraient lui exposer la politique de formation et de qualification mise en oeuvre par les grandes entreprises allemandes dans leur pays mais aussi à l‘étranger, qui leur permet souvent de décrocher des contrats et de faciliter leur implantation.

Le conglomérat industriel Siemens emploie plus de 50.000 personnes aux Etats-Unis, son principal marché unique où il réalise 21% de son chiffre d‘affaires total.

Le président de son directoire, Joe Kaeser, a exprimé son inquiétude le mois dernier après les premières semaines de Donald Trump à la Maison blanche. “Le nouveau président américain a un style différent de ce à quoi nous sommes habitués. Cela nous inquiète, ce que nous voyons”, a-t-il dit.

Son homologue de BMW, Harald Krüger, a pour sa part jugé la semaine dernière que les Etats-Unis ne profiteraient pas de l‘instauration de barrières douanières, alors que Donald Trump menace d‘imposer une taxe de 35% sur les véhicules importés.

La plus grande usine BMW au monde se trouve à Spartanburg, en Caroline du Sud, et le constructeur allemand prévoit d‘y porter sa capacité de production à 450.000 véhicules, dont 70% destinés à l‘exportation.

BMW construit aussi une nouvelle usine au Mexique, où il prévoit d‘investir 2,2 milliards de dollars (2,06 milliards d‘euros) d‘ici 2019.

“L‘Amérique bénéficie du libre-échange. Nous sommes partisans du libre-échange et pas du protectionnisme”, a dit Harald Krüger lors du salon automobile de Genève. (Avec Irene Preisinger à Munich, Erik Kirschbaum, Andreas Cremer et Andreas Rinke à Berlin, et Edward Taylor à Francfort; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below