9 mars 2017 / 09:06 / dans 6 mois

Ayrault appelle Lafarge à "réfléchir" à sa participation au mur de Trump

PARIS, 9 mars (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a appelé jeudi à la responsabilité le groupe franco-suisse LafargeHolcim, premier cimentier mondial, dont le PDG s‘est dit prêt à participer à la construction du mur controversé de Donald Trump à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, promesse de campagne du président américain.

“Lafarge dit ‘je ne fais pas de politique’”, a dit le chef de la diplomatie française sur franceinfo. “Très bien, mais je rappelle que les entreprises - et nous avons travaillé au gouvernement pour développer cette dimension - ont aussi une dimension sociale et environnementale”.

“J‘en appelle à ses responsabilités”, a-t-il poursuivi. “On est dans un Etat où les entreprises ont leurs propres responsabilités, l‘Etat les siennes (...) mais il faut que cette entreprise réfléchisse bien. Une entreprise a beau dire ‘je ne fais pas de politique’, elle a une responsabilité économique et sociale et environnementale”.

“Elle devrait bien réfléchir à ses propres intérêts : il y a d‘autres clients qui vont regarder ça avec une certaine stupéfaction”, a-t-il ajouté.

Interrogé par l‘AFP sur sa possible participation au chantier, le PDG du premier cimentier mondial Eric Olsen a indiqué que son groupe était prêt à fournir “nos matériaux de construction pour tous types de projets d‘infrastructures aux États-Unis”, soulignant que le groupe n‘avait pas “d‘opinion politique”.

L‘annonce du projet de construction du mur à la frontière américano-mexicaine, souhaité par Donald Trump pour mettre un terme à l‘immigration clandestine, a provoqué une crise diplomatique entre les deux pays.

La volonté du chef de la Maison blanche de faire payer ce mur par le Mexique avait provoqué fin janvier l‘annulation d‘une visite du président mexicain Enrique Peña Nieto à Washington.

“J‘ai rencontré mon homologue mexicain (...) je peux vous dire le malaise que ça créé au Mexique, le trouble profond dans la relation entre le Mexique et les Etats-Unis”, a indiqué Jean-Marc Ayrault, condamnant “les méthodes” du président américain.

Le groupe LafargeHolcim a reconnu la semaine dernière avoir conclu des “arrangements inacceptables” avec certains groupes armés et des parties en Syrie afin de maintenir l‘activité d‘une cimenterie dans le pays. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below