9 mars 2017 / 08:26 / dans 6 mois

LEAD 2-Carrefour-Les résultats reculent avant la sortie de Plassat

* Le résultat opérationnel recule de 3,8%

* La rentabilité opérationnelle cède 40 pdb en France

* La croissance 2017 attendue entre 3% et 5% à taux constants

* Le titre chute en Bourse, plus forte baisse du CAC 40 (Actualisé avec conférence, commentaires, cours)

par Pascale Denis

PARIS, 9 mars (Reuters) - Après trois ans de hausses consécutives, le résultat opérationnel de Carrefour a reculé en 2016, plombé par les contre-performances du groupe en France, qui ont déçu le marché et fait chuter le titre en Bourse.

Le résultat opérationnel courant du deuxième distributeur mondial a baissé de 3,8% à 2,35 milliards d‘euros, un chiffre inférieur au consensus Reuters de 2,37 milliards, sur des ventes en croissance organique de 3%.

Si les performances ont été très solides en Europe, elles ont déçu en Amérique latine, pénalisées par l‘Argentine, et ont surtout pâti en France du recul des hypermarchés, qui comptent pour le quart des ventes du groupe et qui restent à la peine.

La Chine, toujours déficitaire, a “touché un point bas en 2016”, aux dires du directeur financier Pierre-Jean Sivignon.

Dans l‘Hexagone, la rentabilité s‘est dégradée de 40 points de base à 2,9%, malmenée par l‘intense activité promotionnelle mise en place dans les hypers au deuxième semestre pour faire face à la concurrence féroce de Leclerc et Casino.

Elle a aussi été pénalisée par des pertes supérieures aux attentes chez Dia, dont les résultats “commenceront à s‘améliorer en 2017”.

Georges Plassat, PDG du groupe, a qualifié jeudi ces résultats de “solides” au regard de la hausse des ventes. Il s‘est aussi dit confiant, estimant avoir “préparé le futur” et jugeant que les actions mises en place depuis son arrivée allaient porter leurs fruits.

La diversification des formats permise par Dia, l‘amélioration de l‘offre alimentaire, avec le bio, la refonte de la logistique, le redressement attendu des opérations en Chine et le développement du e-commerce sont autant d‘éléments qui, selon lui, devraient être porteurs à l‘avenir.

Mais les chiffres ont déçu et été sanctionnés par le marché. Le titre Carrefour accusait plus forte baisse du CAC 40 à 15h55, en recul de 5,24% à 21,525 euros.

ABSENCE DE PRÉVISION

“La société n‘a toujours pas réussi à atteindre l‘ambition affichée par Georges Plassat à son arrivée de reconstituer les marges pour les aligner sur celles des bons élèves du secteur”, note Grégoire Laverne, gérant chez Roche Brune Asset Management.

Les analystes regrettent aussi l‘absence de prévision sur la rentabilité attendue en France, comme sur les introductions en Bourse à venir des actifs brésiliens et de la foncière Carmila.

Carrefour a simplement dit s‘attendre à une croissance de ses ventes comprise entre 3% et 5% en 2017 à taux constants et la prévision faite en juillet 2016 d‘une amélioration “certaine” de 50 points de base de la marge en France en deux ans n‘a pas été réitérée.

“Georges Plassat a fait un gros travail d‘assainissement et le groupe est solide aujourd‘hui. Mais le déclin des hypers en France n‘est pas réglé, le problème du non alimentaire demeure sans réponse et la dette financière reste peu changée”, note un analyste sous couvert d‘anonymat.

Le marché réclame plus d‘ambition, plus de vision, relève-t-il, ajoutant que les objectifs sur le digital restent “flous”.

Très attendu aussi sur sa succession, Georges Plassat qui souhaite passer la main un an avant l‘échéance de son mandat prévue en 2018 et entend accompagner son successeur dans l‘intervalle, a aussi laissé les analystes sur leur faim.

Sans surprise, il s‘est prononcé pour une candidature interne, qui permettrait d‘éviter “les ruptures dans la stratégie” du groupe, une option que certains analystes, comme ceux de Bernstein, ne voient pas forcément d‘un bon oeil.

Les discussions se poursuivent autour de la liste des candidats potentiels, qui ne font pas l‘unanimité, tandis que la question d‘une éventuelle séparation des fonctions entre un président et un directeur général n‘est pas non plus tranchée, ont déclaré à Reuters des sources proches du dossier.

Le résultat net ajusté a reculé de 7,4% à 1,03 milliard d‘euros et le dividende est inchangé à 0,70 euro.

Les investissements atteindront 2,4 milliards d‘euros en 2017 (contre 2,5 milliards en 2016).

Le communiqué:

bit.ly/2mojNvy

La présentation:

bit.ly/2mohIQ1 (Edité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below