28 février 2017 / 12:06 / dans 9 mois

ENQUÊTE-Les gérants européens s'allègent sur les actions, la dette française

* Pondération des actions ramenée à 43,9% contre 46,5% en janvier

* La part des actions de la zone euro au plus bas depuis fin 2014

* Résultats détaillés de l‘enquête: reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/asset-allocation-polls

par Sujata Rao

LONDRES, 28 février (Reuters) - Les gérants de fonds européens ont réduit leur exposition sur les actions de la zone euro pour la ramener à un plus bas de deux ans et se couvrent contre le risque politique lié aux échéances électorales dans plusieurs des pays grâce aux options, à l‘or et en prenant des positions à découvert sur la dette française, montre une enquête mensuelle de Reuters sur leur allocation d‘actifs.

Les 17 sociétés de gestion européennes interrogées du 13 au 24 février se montrent aussi plus prudentes sur les actions après les récents records atteints aussi bien par l‘indice MSCI Monde que par le S&P 500 à Wall Street, en dépit de incertitudes sur la politique qu‘entend mettre en oeuvre le nouveau président américain Donald Trump.

L‘amélioration de la situation économique mondiale et le redressement des cours des matières premières ont aussi contribué à cette embellie boursière qui a permis à l‘indice Stoxx des valeurs européennes de retrouver des plus hauts de 14 mois.

Les rendez-vous électoraux dans plusieurs pays de la zone euro - Pays-Bas en mars, France au printemps, Allemagne à l‘automne - sur fond de montée des populismes inquiètent toutefois les investisseurs.

Ils sont particulièrement préoccupés par la progression dans les intentions de vote au premier tour de l‘élection présidentielle française de la candidate d‘extrême-droite Marine Le Pen, qui est favorable au rétablissement d‘une monnaie nationale.

Si aucun sondage ne donne la présidente du Front national victorieuse au second tour, sa progression dans les intentions de vote a contribué à un nouvel accroissement de l‘écart de rendement entre les obligations souveraines françaises et allemandes la semaine dernière.

RISQUE POLITIQUE

“Pour nous, les risques les plus importants sont liés aux politiques qui seront mises en oeuvre aux Etats-Unis et aux élections françaises”, dit Peter van der Welle, stratégiste chez Robeco, qui a couvert son portefeuille par une position courte sur les obligations souveraines françaises en regard de titres du Trésor américain.

“Le risque d‘un éclatement de l‘Union européenne est non négligeable avec quelqu‘un (Marine Le Pen) qui considère l‘UE comme un échec et qui est créditée d‘une probabilité de 26% de remporter les élections françaises au printemps”, ajoute-t-il en référence au score de la présidente du FN dans certains sondages d‘intention de vote du premier tour de la présidentielle.

Pour Jan Boop, responsable de l‘allocation chez Bank J Safra Sarasin, Donald Trump et les élections européennes sont aussi les principaux facteurs de risque pour les marchés.

“Un basculement important vers le populisme ou les extrêmes en Europe pourrait faire dérailler la reprise économique dans la région”, prévient-il.

Aucun des gérants interrogés ayant répondu à une question sur un éventuel éclatement de la zone euro à court terme n‘a pris de position dans cette perspective. Mais ils sont nombreux à chercher à couvrir leurs portefeuilles en renforçant le poids des obligations et en réduisant la part des actions.

La pondération de l‘Europe dans les poches actions des portefeuilles a diminué de 2 points de pourcentage sur le mois à 29%, au plus bas depuis novembre 2014 et en baisse de six points de pourcentage par rapport au niveau d‘il y a un an, en dépit des signes manifestes d‘accélération de la croissance.

Dans les poches obligataires, le poids de l‘Europe a augmenté à 59,5%, au plus haut depuis novembre.

Nadège Dufossé, responsable de l‘allocation d‘actifs de Candriam, n‘a pas réduit son exposition sur la zone euro mais a couvert le risque lié aux élections françaises par une position courte sur les obligations d‘Etat françaises en regard de Bunds allemands. D‘autres, comme Pioneer, ont dit couvrir les risques en Europe grâce à des stratégies d‘options ou en prenant position sur l‘or.

“Sur certains de nos fonds, nous avons tiré parti du faible coût de la volatilité pour couvrir une partie de notre exposition sur les actions”, a dit Nadège Défossé.

ATTENTE

Dans les portefeuilles globaux, la part des actions est revenue à 43,9%, un plus bas de trois mois, tandis que celle des obligations a augmenté à 40,2%, en hausse de 1,5 point de pourcentage par rapport au mois précédent.

Les investisseurs sont dans l‘attente de précisions sur les intentions de Donald Trump en matière de politique économique et commerciale à l‘occasion de son discours sur l‘état de l‘Union devant le Congrès, mardi. Wall Street a progressé de 10% depuis son élection à la présidence des Etats-Unis le 8 novembre, soutenue par ses promesses d‘une relance budgétaire massive.

La pondération des actions américaines a été légèrement réduite à 40,8% mais demeure proche du point haut atteint en octobre 2015. Les actions japonaises continuent de bénéficier de la faveur des investisseurs avec une pondération de 8,4%, à un plus haut de 13 mois.

“Nous pensons que le thème de la reflation est largement intégré par les marchés qui sont devenus trop confiants par rapport aux risques baissiers”, avertit Joos van Leenders, économiste chez BNP Paribas Investment Partners.

Les gérants interrogés ayant répondu à une question sur le risque d‘une adoption de mesures protectionnistes par l‘administration Trump à l‘encontre notamment de la Chine voire de l‘Allemagne ont très largement estimé qu‘il était limité. (Marc Joanny pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below