8 février 2017 / 10:31 / dans 8 mois

Osram ne discute plus avec des investisseurs chinois

FRANCFORT, 8 février (Reuters) - Le spécialiste allemand de l‘éclairage Osram, convoité un temps par un fabricant chinois de semi-conducteurs associé à un fonds de capital-investissement, ne discute plus avec aucun investisseur chinois, a déclaré mercredi son président du directoire.

Sanan Optoelectronics et GSR Go Scale Capital Advisors ont tenté de lancer une OPA sur la totalité d‘Osram avant d‘y renoncer en raison de l‘opposition que suscitent en Allemagne les visées des entreprises chinoises, avaient dit à Reuters deux sources proches du dossier en décembre.

“Nous sommes toujours à la recherche d‘investisseurs. Si vous m‘interrogez spécifiquement sur le cas des investisseurs chinois, il n‘y a actuellement aucune discussion”, a dit à la presse Olaf Berlien lors de la présentation des résultats du premier trimestre de l‘exercice décalé du groupe.

Une source avait dit à Reuters que les acquéreurs chinois pourraient se contenter d‘une participation de moins de 25% dans Osram. L‘ancienne maison mère d‘Osram, Siemens, détient toujours 17,5% de la société.

Osram a publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes grâce à une forte demande de l‘industrie automobile et pour des composants LED, une activité stratégique sur laquelle la société mise pour son avenir.

Le bénéfice ajusté avant intérêts, impôts et amortissements (Ebita) a augmenté de 4% pour s‘établir à 132 millions d‘euros au cours du trimestre clos fin décembre. Les analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne 127 millions d‘euros.

Selon Osram, la construction de sa nouvelle usine de LED (diodes électroluminescentes) d‘un milliard d‘euros en Malaisie avance conformément aux prévisions et le groupe s‘attend toujours à se séparer de ses activités traditionnelles d‘éclairage au cours de l‘actuel exercice fiscal.

“Notre stratégie fonctionne, nous sommes sur la bonne voie”, s‘est défendu Olaf Berlien après avoir essuyé de nombreuses critiques concernant sa décision d‘investir massivement dans cette usine malaisienne censée produire des puces LED à tarif compétitif.

Le chiffre d‘affaires du premier trimestre, sur une base comparable, a progressé de 8% à 991 millions d‘euros, conformément aux attentes, grâce à une croissance de 15% de la division de composants LED Opto Semiconductors. Cette division a tiré profit d‘une forte demande de LED infrarouges utilisés notamment dans les scanners rétiniens et les systèmes d‘aide à la conduite.

Osram a confirmé ses prévisions pour l‘ensemble de l‘année d‘une croissance de 5-7% du chiffre d‘affaires, d‘une marge bénéficiaire ajustée (Ebitda) d‘au moins 16% (après 18% au premier trimestre) et d‘un dividende stable à au moins 1,00 euro par action. (Georgina Prodhan; Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below