8 février 2017 / 03:19 / il y a 9 mois

Le Canada octroie une aide à Bombardier et promet de la défendre

MONTREAL, 8 février (Reuters) - Le gouvernement canadien a annoncé mardi avoir octroyé une aide de 372,5 millions de dollars canadiens (265 millions d‘euros) à Bombardier, sous forme de prêts remboursables, pour deux de ses programmes d‘avions.

Ottawa s‘est par ailleurs engagé à défendre le groupe industriel canadien si cette aide publique venait à être contestée par le Brésil devant l‘Organisation mondiale du commerce (OMC).

Bien que l‘investissement du gouvernement soit nettement inférieur au milliard de dollars canadiens qu‘espérait obtenir à l‘origine le constructeur d‘avions et de trains, son PDG Alain Bellemare a estimé qu‘il correspondait aux besoins actuels de la société, dont la situation financière s‘est améliorée.

Les prêts à taux zéro, débloqués par un fonds public d‘aide aux projets dans les industries aérospatiales et de défense, permettront de financer les programmes d‘avions C Series et Global 7000.

Cette aide risque créer de nouvelles tensions avec le Brésil, qui a sollicité l‘OMC pour défendre les intérêts de son propre constructeur, Embraer, après la signature en juin d‘un accord prévoyant un investissement d‘un milliard de dollars canadiens (877 millions d‘euros) du gouvernement de la province du Québec dans son programme C Series.

Interrogé sur les conséquences possibles de ce nouveau soutien public, le ministre canadien du Commerce, François-Philippe Champagne, a répondu : “Nous nous battrons là où il faudra le faire.”

“Je suis déterminé à défendre ce que nous faisons”, a ajouté le ministre en soulignant que le Canada n‘est pas le seul pays à soutenir ses constructeurs aéronautiques.

Alain Bellemare a assuré de son côté que ni les prêts du gouvernement fédéral, ni l‘investissement du Québec ne violaient les règles de l‘OMC.

La gamme C Series, positionnée sur le segment de marché des avions monocouloirs de 100 à 150 places, entre en compétition avec les appareils similaires d‘Embraer mais aussi avec les plus petits avions d‘Airbus, comme l‘A319, et de Boeing , dont le B737 Max 7.

Allison Lampert, avec Tim Hepher à Paris, David Ljunggren et Leah Schnurr à Ottawa; Tangi Salaün pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below