6 février 2017 / 16:10 / il y a 9 mois

La Turquie transfère des participations dans un fonds souverain

ANKARA, 6 février (Reuters) - Le gouvernement turc a annoncé avoir transféré pour l‘équivalent de plusieurs milliards d‘euros de participations publiques dans un fonds souverain créé l‘an dernier pour financer des projets d‘infrastructure.

Le fonds a été créé en août 2016 avec un capital initial de 50 millions de livres turques (12,5 millions d‘euros) mais le gouvernement entend porter le plus rapidement possible cette somme à l‘équivalent de 185 milliards d‘euros, selon le ministère de l‘Economie.

Le gouvernement entend se servir des actifs transférés comme collatéral pour le financement de grands projets d‘infrastructure, a déclaré un haut responsable à Reuters.

Certains analystes font valoir que ces transferts reviennent à renforcer le contrôle politique des entreprises concernées.

La participation de l‘Etat de 49,1% dans Turkish Airlines , évaluée à 927 millions d‘euros, et celle de 51,1% dans la banque Halkbank ont été versées dans le fonds souverain, selon l‘agence qui gère les participations publiques.

Les fonds souverains sont souvent associés aux producteurs pétroliers comme la Norvège ou les Etats du Golfe qui y investissent une partie des revenus de l‘exportation d‘énergie.

Certains économistes estiment que la Turquie, qui importe presque toute son énergie, ferait mieux de dépenser cet argent pour réduire une dette qui s‘élève a près de 30% de son produit intérieur brut (PIB).

La Turquie a annoncé en décembre que son économie s‘était contractée de 1,8% sur un an au troisième trimestre, sa première baisse en sept ans.

Le pays, qui était encore considéré il y a peu comme l‘un des marchés émergents les plus prometteurs au monde, suscite désormais l‘inquiétude des investisseurs et a vu la livre tomber à un plus bas historique à la suite d‘une vague d‘attentats et d‘une tentative de coup d‘Etat en juillet.

Certains analystes estiment que le président Recep Tayyip Erdogan veut se servir de grands projets d‘infrastructure pour renforcer sa légitimité avant de soumettre à référendum au printemps un projet de renforcement de ses prérogatives.

Le fonds souverain, dirigé par le président du conseil d‘administration de l‘agence des privatisations, Mehmet Bostan, participe d‘une “Erdoganisation” de l‘économie, estime Wolfango Piccoli, du cabinet de conseil Teneo Intelligence.

Orhan Coskun; Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below