4 février 2017 / 17:33 / dans 8 mois

L'ex-président péruvien Toledo dans le collimateur de la justice

(Rpt coquille 1er paragraphe)

LIMA, 4 février (Reuters) - Des procureurs péruviens s‘apprêtent à demander l‘arrestation de l‘ancien président Alejandro Toledo, après avoir découvert des éléments qui l‘impliqueraient dans une affaire de pots-de-vin que le conglomérat brésilien Odebrecht reconnaît avoir distribués pour remporter un contrat alors qu‘il était au pouvoir, a déclaré samedi une source proche de la justice.

Une perquisition a eu lieu samedi en début de journée dans une résidence appartenant à l‘ex-président, a fait savoir le parquet sur Twitter, sans donner de précisions.

Elle a fait suite à la découverte à la découverte d‘un montant équivalent à 10,2 millions d‘euros viré sur le compte d‘un collaborateur de l‘ancien président et qui, pensent les procureurs, participe d‘une somme totale de 18,5 millions d‘euros qu‘Odebrecht dit avoir donnés pour faciliter l‘obtention d‘un contrat d‘infrastructure sous le mandat de Toledo (2001-2006).

Un représentant de Toledo n‘a pas répondu pour l‘heure aux demandes de réaction. Alejandro Toledo, contacté par téléphone à Paris par le quotidien péruvien El Comercio, a démenti avoir accepté des dessous-de-table.

La justice péruvienne a d‘ores et déjà condamné à une peine de prison un ancien président -- Alberto Fujimori -- pour corruption. Celui-ci purge une peine de 25 ans de réclusion pour divers chefs, dont celui de violations des droits de l‘homme.

L‘actuel président, Pedro Pablo Kuczynski, fut le ministre des Finances ainsi que le Premier ministre de Toledo, et nie toute implication dans l‘affaire des pots-de-vin d‘Odebrecht.

“La justice doit être la même pour tous”, a écrit Kuczynski sur son compte Twitter. “Si quelqu‘un a commis un délit de corruption, il doit être sanctionné”.

Kuczynski fait l‘objet d‘une enquête préliminaire distincte, concernant une loi qu‘il a signée en 2006 et qui levait les obstacles juridiques s‘opposant à des contrats routiers attribués à Odebrecht et à d‘autres entreprises brésiliennes. Il dément toute malversation. (Mitra Taj; Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below