19 janvier 2017 / 21:21 / dans 10 mois

LEAD 2-Wall Street sur la défensive avant l'investiture de Trump

(Actualisé avec volumes, autres marchés, cours d‘IBM)

* Le Dow a perdu 0,37%, le S&P-500 0,36%, le Nasdaq 0,28%

* Le marché poursuit son surplace avant l‘investiture de Trump

* Yellen juge normal de relever progressivement les taux

* Netflix brille après ses résultats, spéculations autour de CSX

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK, 19 janvier (Reuters) - Wall Street a fini en légère baisse jeudi à la veille de l‘investiture de Donald Trump, les investisseurs préférant rester sur la défensive en attendant les premières annonces concrètes du 45e président des Etats-Unis.

L‘indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a cédé 72,32 points, soit 0,37%, à 19.732,40, sa cinquième baisse en autant de séances. Le Standard & Poor‘s-500, plus large, a reculé de 8,20 points ou 0,36% à 2.263,69 et le Nasdaq Composite de 15,57 points (0,28%) à 5.540,08.

Le Dow Jones n‘avait plus baissé cinq séances de suite depuis les jours qui ont précédé l‘élection du 8 novembre.

Les indices ont ensuite enchaîné les records pendant plusieurs semaines, anticipant les mesures de relance et de déréglementation promises par le candidat républicain pendant sa campagne, mais ils font du surplace depuis plus d‘un mois dans l‘attente de nouveaux éléments d‘impulsion.

Le S&P 500, en hausse de 5,8% depuis le 8 novembre, n‘a plus varié de plus de 1% à la baisse ou à la hausse depuis le 7 décembre.

“Les gens sont un peu nerveux avant l‘investiture et après le rally qu‘on a connu. Ce retrait ne me surprend pas”, déclare Peter Tuz, président de Chase Investment Counsel à Charlottesville en Virginie.

“On laissera peut-être à Trump le bénéfice du doute pendant les cent premiers jours mais si aucune nouvelle législation n‘est adoptée par le Congrès l‘euphorie risque de virer à la colère”, ajoute Sam Stovall, stratège chez CFRA Research.

En attendant Trump, le marché a réagi aux dernières déclarations de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, qui a jugé mercredi qu‘un relèvement progressif des taux d‘intérêt par la banque centrale était “pertinent” compte tenu du bas niveau du chômage et de l‘inflation qui se dirige vers l‘objectif de 2% de la Fed.

La présidente de la Fed devait à nouveau s‘exprimer sur la politique monétaire lors d‘une intervention prévue à 2h00 GMT à l‘Université de Stanford, en Californie.

Les investisseurs redoutent que la politique de relance de Trump ne favorise l‘inflation, ce qui pourrait contraindre la banque centrale à accélérer les hausses de taux.

Les statistiques du jour ont confirmé la robustesse de l‘économie. Les mises en chantier ont progressé plus que prévu en décembre, de 11,3%, et les nouvelles inscriptions au chômage sont tombées la semaine dernière à leur plus bas niveau depuis 43 ans.

NETFLIX EN VEDETTE, IBM MONTE EN APRÈS-BOURSE

Neuf des 11 grands indices sectoriels S&P ont fini en baisse, emmenés par l‘immobilier (-0,99%), les services aux collectivités (-0,87%) et l‘énergie (-0,73%).

Dans ce dernier compartiment, Exxon a reculé de 1,80%, la plus forte baisse du Dow, après un abaissement de recommandation d‘UBS qui conseille désormais de vendre la valeur.

Les groupes pharmaceutiques Merck et Pfizer, en repli de plus de 1%, ont aussi pesé sur le Dow dont 22 des 30 valeurs ont fini dans le rouge.

Parmi les valeurs de second rang, l‘opérateur ferroviaire CSX s‘est distingué avec un bond de 23,40% à 45,51 dollars. L‘ancien directeur général de Canadian Pacific, Hunter Harrison, qui vient tout juste de démissionner pourrait s‘associer à l‘investisseur activiste Paul Hilal pour prendre une participation dans le groupe, a-t-on appris de source proche du dossier.

Union Pacific, le numéro un du secteur ferroviaire aux Etats-Unis, s‘est pour sa part adjugé 2,38% après l‘annonce de résultats meilleurs que prévu.

Sur le Nasdaq, Netflix a tenu la vedette après ses résultats, s‘octroyant 3,86% à 138,41 dollars après un record à 143,46. Le service de vidéo en ligne a dit avoir gagné 7,1 millions d‘abonnés dans le monde au quatrième trimestre, bien plus que ce que prévoyaient les analystes.

IBM publiait à son tour après la clôture et le titre, d‘abord en hausse dans les échanges d‘après-Bourse, s‘est finalement orienté à la baisse malgré des résultats meilleurs qu‘attendu.

Quelque 6,3 milliards d‘actions ont changé de mains durant la séance contre une moyenne de 6,1 milliards sur les 20 derniers jours.

Sur le marché des changes, le dollar s‘est renforcé face au dollar canadien et au yen en réaction aux indicateurs du jour mais il a reculé contre l‘euro, qui avait pourtant auparavant baissé sous 1,06 dollar lorsque la Banque centrale européenne a annoncé le maintien de sa politique monétaire ultra-accommodante.

Les statistiques économiques et les déclarations de Janet Yellen ont propulsé le rendement de l‘emprunt à 10 ans américain à 2,50%, au plus haut depuis le 3 janvier, avant un reflux à 2,47% en clôture contre 2,39% mercredi et un plus bas de 2,31% mardi. (avec Yashaswini Swamynathan à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below