16 janvier 2017 / 17:07 / dans 10 mois

ENCADRE-La présence des constructeurs automobiles au Mexique

FRANCFORT, 16 janvier (Reuters) - Après General Motors, Ford ou encore Toyota, Donald Trump a menacé les constructeurs automobiles allemands d‘imposer une taxe douanière de 35% sur les véhicules importés aux Etats-Unis en provenance du Mexique.

Dans une interview accordée au quotidien allemand Bild, le prochain président des Etats-Unis s‘en prend nommément à BMW.

Le Mexique représente un cinquième de la production automobile dans la zone couverte par l‘Alena, l‘Accord de libre-échange nord-américain (Etats-Unis, Canada et Mexique).

Son accès privilégié au marché nord-américain et ses faibles coûts du travail agissent comme des aimants sur les groupes automobiles.

D‘après le Centre de recherche sur l‘automobile basé dans le Michigan, le secteur automobile mexicain a attiré plus de 24 milliards de dollars d‘investissements depuis 2010.

Et le mouvement devrait se poursuivre. On estime qu‘entre 2010 et 2020, 13 milliards de dollars y auront été investis pour y délocaliser du Japon, d‘Allemagne et de Corée du Sud des capacités d‘assemblage équivalentes à 3,3 millions de véhicules.

Voici un point sur les activités des principaux constructeurs disposant d‘usines au Mexique (les chiffres de production sont fournis par l‘Association de l‘industrie automobile mexicaine).

NISSAN

production en 2015 : 822.948 véhicules

Nissan, qui a inauguré il y a cinquante ans au Mexique sa première usine à l‘étranger, est le principal constructeur présent dans le pays. La moitié environ de sa production mexicaine est exportée vers les Etats-Unis, où Nissan dispose aussi d‘usines.

Son PDG, Carlos Ghosn, également à la tête de Renault et de Mitsubishi, a déclaré au début du mois que le groupe suivrait étroitement les premiers pas de l‘administration Trump et s‘adapterait.

“Il ne s‘agit pas de savoir si nous avons peur ou non, nous sommes présents sur 160 marchés à travers le monde, nous traitons avec des pouvoirs différents, des politiques différentes, des approches différentes, nous sommes par conséquent habitués à adapter notre stratégie à des politiques différentes”, a-t-il dit dans une interview accordée à Reuters en marge du salon de l‘électronique grand public de Las Vegas.

GENERAL MOTORS

production en 2015 : 690.446 véhicules

GM est dans le viseur de Donald Trump, qui l‘accuse de fabriquer des voitures au Mexique et de licencier des ouvriers aux Etats-Unis.

Le constructeur américain a annoncé en 2015 qu‘il investirait 350 millions de dollars pour produire au Mexique la Cruze, un modèle compact vendu sous la marque Chevrolet, dans le cadre d‘un plan global d‘investissement de cinq milliards de dollars dans ses usines mexicaines annoncé l‘année précédente, avec à la clé la création de 5.600 emplois.

La direction de GM souligne que cet investissement s‘inscrit dans sa stratégie mondiale, et qu‘il n‘est pas seulement axé sur le marché des Etats-Unis.

FIAT-CHRYSLER

production en 2015 : 503.589 véhicules

Sergio Marchionne, le patron de Fiat Chrysler, a déclaré début janvier que l‘incertitude entourant les futures politiques commerciales et fiscales de Donald Trump pourrait amener des constructeurs à repousser des investissements prévus au Mexique.

Dans le même temps, il a confirmé des projets qui devraient créer 2.000 emplois dans les usines US du groupe pour un investissement d‘un milliard de dollars.

“Si demain matin le président élu Trump décide d‘imposer une taxe frontalière sur tout ce qui vient du Mexique, nous devrons nous adapter”, a-t-il dit.

VOLKSWAGEN

production en 2015 : 457.517 véhicules

En 2015, VW employait environ 16.500 salariés au Mexique contre 3.200 aux Etats-Unis. Volkswagen, présent au Mexique depuis cinquante ans, ne prévoit pas de transférer d‘emplois de ses sites aux Etats-Unis vers ses usines mexicaines.

Le groupe allemand envisage d‘investir sept milliards de dollars aux USA sur la période 2015-2019.

En mars 2016, sa marque de luxe Audi a inauguré sa première usine au Mexique. Elle pourrait y regrouper sa production mondiale du SUV Q5 avec un objectif affiché de 150.000 voitures par an.

FORD

production en 2015 : 433.752 véhicules

Ciblé par des tweets de Donald Trump, le constructeur automobile américain a annoncé le 3 janvier l‘annulation d‘un projet de construction d‘une usine d‘assemblage au Mexique, à San Luis Potosi, investissement estimé à 1,6 milliard de dollars.

A sa place, il prévoit d‘investir 700 millions de dollars dans son usine de Flat Rock, dans le Michigan, pour y développer des véhicules autonomes, hybrides et électriques. Ce projet permettra la création de 700 emplois.

Mark Fields, le directeur général de Ford, a assuré que cette décision était liée de la baisse des ventes de petites voitures en Amérique du Nord et non à l‘élection de Trump.

Ford prévoit toujours de transférer du Michigan vers le Mexique sa production de véhicule compact Focus.

HONDA

production en 2015 : 203.657 véhicules

Honda possède deux usines au Mexique. Les véhicules qui sortent de leurs chaînes d‘assemblage comptent pour moins de 10% de ses ventes aux Etats-Unis.

En octobre dernier, le constructeur japonais a annoncé que la production de la prochaine génération de son SUV CR-V serait déplacée du Mexique vers les Etats-Unis.

MAZDA

production en 2015 : 182.357 véhicules

Mazda produit au Mexique depuis 2014. Ses véhicules construits dans le pays représentent 30% environ de ses ventes aux Etats-Unis.

TOYOTA

production en 2015 : 104.810 véhicules

Le groupe japonais veut passer à 160.000 voitures produites par ses usines de Baja California d‘ici 2018. Il construit en outre une nouvelle usine à Guanajuato, dotée d‘une capacité de 200.000 véhicules et qui doit entrer en activité en 2019.

Le site de Guanajuato devrait reprendre une partie de la production actuelle des usines situées dans le Mississippi, le Missouri et au Canada dans la province de l‘Ontario.

Toyota prévoit cependant d‘investir 10 milliards de dollars sur cinq ans aux Etats-Unis.

KIA ET HYUNDAI

Kia investit un milliard de dollars dans une usine actuellement en construction au Mexique qui aura une capacité de 300.000 véhicules par an à destination des marchés nord- et sud-américains.

Sa filiale Hyundai prévoit aussi de produire pour la première fois des voitures au Mexique.

BMW

Le constructeur allemand construit une nouvelle usine au Mexique, où il prévoit d‘investir 2,2 milliards de dollars d‘ici 2019 pour une capacité annuelle de 150.000 véhicules destinés au marché mondial.

Il possède aussi des chaînes de production aux Etats-Unis, d‘où sortent des SUV à marge plus élevée destinés à l‘exportation vers l‘Asie et l‘Europe.

DAIMLER

Daimler entend assembler à compter de 2018 des modèles de la marque Mercedes-Benz dans son usine d‘Aguascalientes, un site à un milliard de dollars construit en partenariat avec Renault-Nissan.

Mais Nissan va suspendre de son côté le développement conjoint de voitures haut de gamme avec Daimler, une décision qui pourrait peser sur la rentabilité de l‘usine mexicaine. (Georgina Prodhan, Edward Taylor et Andreas Cremer, Henri-Pierre André pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below