13 janvier 2017 / 04:46 / il y a 10 mois

Le patron de Samsung entendu pendant 22 heures sur l'affaire Park

SEOUL, 13 janvier (Reuters) - Le numéro un du conglomérat sud-coréen Samsung, Jay Y. Lee, a quitté vendredi le bureau du procureur spécial chargé de l‘enquête sur l‘affaire de trafic d‘influence autour de la présidente Park Geun-hye après y avoir été interrogé pendant 22 heures.

Jay Y. Lee a quitté le bureau sans répondre aux questions des journalistes.

Les enquêteurs cherchent à vérifier si des versements de l‘ordre de 30 milliards de wons (24 millions d‘euros) effectués par Samsung au bénéfice de deux fondations créées par Choi Soon-sil, amie et confidente de la présidente Park, sont liés à un arbitrage rendu en 2015 par le principal fonds de pension sud-coréen, supervisé par le gouvernement, en faveur de la fusion controversée de deux filiales du groupe.

Le bureau du procureur spécial décidera “bientôt” de délivrer ou non un mandat d‘arrêt à l‘encontre de Jay Y. Lee, a déclaré son porte-parole Lee Kyu-chul.

Jay Y. Lee a démenti une partie des faits qui lui sont reprochés mais en a admis d‘autres, a ajouté Lee Kyu-chul sans autre précision.

En Bourse, Samsung Electronics perdait près de 3% vendredi.

Le bureau du procureur spécial a également interrogé vendredi pendant Park Sang-jin, un cadre de Samsung Electronics.

Park Sang-jin avait signé en 2015 un contrat pour que Samsung Electronics sponsorise une équipe équestre dont la principale bénéficiaire était la fille de Choi.

Celle-ci, Chung Yoo-ra, 20 ans, a été arrêtée au Danemark début janvier. La jeune fille, qui a gagné une médaille d‘or en dressage aux Jeux asiatiques de 2014, dément toute malversation.

L‘affaire Park a conduit le Parlement à voter à une écrasante majorité début décembre en faveur d‘une destitution de la présidente Park, qui a été en conséquence suspendue de ses fonctions. Le dernier mot reviendra à la Cour suprême, qui a jusqu‘à début juin pour confirmer ou invalider sa destitution.

Park pourrait devenir la première dirigeante démocratiquement élue de Corée du Sud à être contrainte de quitter ses fonctions avant le terme de son mandat.

Vice-président de Samsung Electronics, Jay Y. Lee, 48 ans, dirige dans les faits le conglomérat depuis que son père, Lee Kun-hee, fondateur du groupe, a été éloigné de la vie active à la suite d‘une crise cardiaque en mai 2014.

Une éventuelle arrestation de Jay Y. Lee ne devrait pas trop affecter les différentes composantes de Samsung, à commencer par Samsung Electronics, mais pourrait ralentir les investissements et les acquisitions du conglomérat, estiment des analystes et des actionnaires. (Se Young Lee et Ju-min Park; Patrick Vignal et Danielle ouquié pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below