8 janvier 2017 / 15:18 / dans 8 mois

Un éclatement de l'UE n'est plus impensable-Gabriel

BERLIN, 8 janvier (Reuters) - L‘accent mis par l‘Allemagne sur la nécessité de politiques d‘austérité dans la zone euro a laissé l‘Europe plus divisée que jamais, au point qu‘un éclatement de l‘Union européenne n‘est plus aujourd‘hui de l‘ordre de l‘impensable, déclare Sigmar Gabriel, vice-chancelier allemand.

Ce dernier, dont le Parti social-démocrate (SPD) est le partenaire de la “grande coalition” dirigée par la chancelière Angela Merkel, note que les mesures difficiles prises par des pays tels que la France et l‘Italie pour réduire leurs déficits budgétaires ne sont pas sans risques politiques.

“Un jour j‘ai demande à la chancelière : Qu‘est-ce qui serait le plus dommageable pour l‘Allemagne ? De laisser la France avoir un demi-point de pourcentage de déficit de plus ou d‘avoir une Marine Le Pen comme présidente ?” dit-il dans un entretien publié par le magazine Der Spiegel, en référence à la dirigeante française d‘extrême droite.

“A ce jour, je n‘ai toujours pas eu de réponse”, a ajoute Sigmar Gabriel, dont le parti préconise une plus grande place aux investissements publics tandis que les conservateurs dirigés par Angela Merkel estiment que la discipline budgétaire est la clef de voûte de la prospérité économique.

Il y a plus d‘un an, Sigmar Gabriel avait déjà accusé Angela Merkel d‘avoir alimenté la montée du Front national en France en insistant sur la rigueur budgétaire pendant la crise de la dette dans la zone euro.

Le SPD devrait choisir Sigmar Gabriel, le chef de file de longue date du parti qui est également ministre de l‘Economie, comme le candidat au poste de chancelier face à Angela Merkel lors des élections législatives de septembre, ont dit jeudi des sources du parti.

Prié de dire s‘il pensait être en mesure de remporter davantage de suffrages en transférant plus de fonds allemands vers d‘autres pays européens, il a répondu : “Je sais qu‘il s‘agit d‘un débat hautement impopulaire.”

“Mais je sais aussi où en est l‘Union européenne. Il n‘est plus impensable qu‘elle puisse éclater. Si cela devait arriver, nous serions maudits par nos enfants et nos petits-enfants. Parce que l‘Allemagne est la plus grande bénéficiaire de la communauté européenne, d‘un point de vue économique et politique.” (Paul Carrel, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below