16 décembre 2016 / 19:12 / il y a un an

Internet-Berlin veut durcir la loi contre les fausses informations

BERLIN, 16 décembre (Reuters) - De hauts responsables de la coalition au pouvoir en Allemagne ont dit envisager vendredi la mise en place d‘une législation plus sévère pour lutter contre les discours de haine et les fausses informations sur Facebook et d‘autres réseaux sociaux.

A neuf mois des élections législatives, à l‘occasion desquelles le parti d‘extrême droite AfD (Alternative pour l‘Allemagne) espère réaliser une percée, les responsables politiques allemands s‘inquiètent de l‘influence que ces “fake news” pourraient avoir sur l‘opinion publique.

“Cela fait trop longtemps que nous nous contentons de parler. Désormais, nous au sein de la coalition prendrons des mesures au début de l‘année prochaine”, a déclaré Volker Kauder, haut responsable de l‘Union chrétienne-démocrate (CDU) d‘Angela Merkel, dans un communiqué.

Facebook a annoncé jeudi qu‘il allait se doter de nouveaux outils pour limiter la propagation de fausses informations sur son réseau.

Mais les promesses de la société américaine ne semblent pas avoir convaincu la coalition au pouvoir en Allemagne, à en juger par ce communiqué.

Volker Kauder y déclare que la nouvelle législation exigera des sociétés gérant les réseaux sociaux qu‘elles mettent en place des bureaux afin de recueillir dans un délai de 24 heures les plaintes des personnes visées par des messages de haine.

“Nous prévoyons d‘imposer de fortes sanctions financières qui affecteraient des sociétés comme Facebook si elles ne prennent pas leurs responsabilités”, explique-t-il.

Dans une interview accordée à l‘hebdomadaire Der Spiegel, Thomas Oppermann, président du groupe social-démocrate au Bundestag, déclare que Facebook ou d‘autres réseaux sociaux pourraient être exposés à des amendes pouvant atteindre 500.000 euros s‘ils ne retirent pas dans les 24 heures les fausses informations ou d‘autres messages jugés inopportuns.

“Facebook n‘a pas saisi l‘occasion de réguler lui-même cette question de la gestion des plaintes”, estime Thomas Oppermann. “Désormais, les plateformes dominant le marché comme Facebook seront tenues par la loi de mettre en place en Allemagne un office de protection légale ouvert 24 heures sur 24, 365 jours par an.”

Le ministre de la Justice, Heiko Maas, a déclaré au quotidien Süddeutsche Zeitung que le gouvernement surveillait attentivement les démarches entreprises par Facebook pour retirer du contenu illicite et qu‘il tirerait des “conséquences urgentes” si le taux de retrait n‘augmentait pas.

“Nous attendons de nettes améliorations dans la politique de retrait de Facebook. La norme doit être la loi allemande”, a-t-il dit, cité par le journal. (Andrea Shalal, Thorsten Severin; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below